BFM Tech

Vous pouvez entraîner l’intelligence artificielle des véhicules de la NASA sur Mars

Le rover Curiosity sur Mars, photo transmise par la Nasa le 7 juin 2018

Le rover Curiosity sur Mars, photo transmise par la Nasa le 7 juin 2018 - Handout / NASA / AFP

La NASA propose aux internautes d’identifier les images capturées par ses rovers afin de mieux analyser la composition du sol, et d’appréhender de potentiels obstacles.

Un petit clic pour l’homme, un bond de géant pour l’Humanité. Depuis quelques jours, chaque internaute peut aider la NASA a poursuivre sa conquête de la planète Mars, en entraînant les algorithmes visant à diriger son rover Curiosity. Le principe est simple: grâce à une plateforme baptisée AI4Mars, chacun peut annoter des photos prises sur la planète rouge, en aidant l’intelligence artificielle utilisée par les rovers à mieux comprendre la composition du sol ou à détecter de dangereux obstacles.

Baptisé SPOC (Soil Property and Object Classification), l’algorithme de la NASA est chargé de classer les éléments qui composent le terrain d’exploration des rovers, en créant une carte virtuelle pour guider les véhicules.

Identification parfois difficile

Une fois sur le site hébergé par le portail collaboratif Zooniverse, les internautes voient apparaître des clichés, sur lesquels ils doivent dessiner des polygones afin de séparer puis classifier les différents éléments physiques apparaissant à l’écran. La NASA cherche notamment à isoler des rochers, dangereux pour ses véhicules, mais également les zones sableuses, périlleuses pour les rovers de l’institution américaine. Un tri qui peut s’avérer difficile, même pour les spécialistes.

Images fournies par la plateforme AI4Mars
Images fournies par la plateforme AI4Mars © AI4Mars

“La typologie des terrains sur Mars est souvent ambiguë, y compris pour des experts. Vous n’avez pas besoin d’annoter l’ensemble de l’image” précise le site de AI4Mars, qui cherche à se prémunir contre d’éventuelles annotations erronées. Une consigne incite par ailleurs les internautes à ne pas superposer deux polygones, afin d’éviter tout risque de confusion par la machine, et à ne jamais ajouter une information dont ils ne sont pas sûrs.

“Par la suite, nous espérons que cet algorithme pourra devenir suffisamment précis pour nous aider à réaliser d’autres tâches, par exemple pour prédire le risque que la roue d’un rover manque d’adhérence sur une surface” explique Hiro Ono, chercheur au sein du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Actuellement, il faut entre quatre et cinq heures à ses équipes pour prévoir et coder un itinéraire sécurisé sur Mars, à l’aide de géologues. D’après la NASA, l’intelligence artificielle n’a pas vocation à remplacer ce travail mais à le simplifier en intégrant la classification des éléments physiques qui entourent le véhicule. La plateforme, qui cumule 8000 images envoyées par Curiosity, pourrait par la suite être complétée par les clichés des rovers Spirit, Opportunity, puis Perseverance, lancé cet été.

Le fonctionnement de l’outil AI4Mars est analogue à celui du captcha, qui demande aux internautes de prouver qu’ils sont bien humains avant d’accéder à une page Web. Chaque jour, des millions d’internautes sont invités à sélectionner des éléments communs (bus, bouche d’incendie etc.) sur différentes photos, pour aider des entreprises comme Google à perfectionner leurs algorithmes de reconnaissance d’image.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech