BFM Business

Un ancien ingénieur de Google explique comment les réseaux sociaux nous rendent accros

-

- - Hector RETAMAL / AFP

Tristan Harris, un ancien ingénieur de Google, considère que les technologies "piratent notre attention". Lors d'une audition devant le Sénat américain, il est revenu sur les stratégies de persuasion prisées des géants du Web.

Il a pour habitude de comparer les smartphones à des "machines à sous", que nous viendrions consulter en permanence avec l'espoir d'y trouver une récompense. Tristan Harris, un ancien ingénieur de Google, s'est fait connaître en 2016 pour sa critique argumentée de la façon dont les technologies viennent "pirater l'esprit" de leurs utilisateurs.

Ce 26 juin, il était auditionné par le Sénat américain, comme le relate le site Gizmodo. Les plus hautes instances américaines se penchent en effet sur les stratégies de persuasion déployées par les géants du Web - Facebook et Google en tête - pour retenir l'attention de leurs utilisateurs et faire en sorte qu'ils passent le plus de temps possible sur leurs services respectifs. 

Certaines de ces astuces sont connues de tous: les "likes" et le sentiment de satisfaction qu'ils procurent, l'enchaînement automatique de vidéos, les recommandations personnalisées en fonction de nos goûts ou encore le "scroll" de Facebook, qui nous incite à faire défiler du contenu sur le fil d'actualité de façon infinie.

Un casino numérique

Elles viennent faire de l'ombre à d'autres stratégies tout aussi efficaces mais plus discrètes. Tristan Harris a levé le voile sur certaines d'entre elles lors de son audition.

Il voit ainsi dans le geste "tirer pour actualiser" - lorsque l'utilisateur fait glisser son doigt vers le bas pour mettre à jour le fil d'actualité - un moyen de maintenir les internautes captifs. "Cela fonctionne comme une machine à sous. Cette option présente les mêmes propriétés addictives que celles qui rendent accros [au jeu, ndlr] ceux qui visitent Las Vegas", explique-t-il.

Le constat est le même pour la comptabilisation du nombre d'amis. Elle incite selon Tristan Harris à retourner sur le réseau social concerné tous les jours, pour voir si ce même nombre a augmenté. L'enjeu étant, en fin de compte, de "rendre dépendant au fait d'attirer l'attention des autres". 

L'indignation comme moteur

L'un des passages les plus intéressants de l'intervention de Tristan Harris tient à ses quelques mots sur l'indignation en ligne. Les propos teintés de cette émotion ont tendance à être les plus viraux. "L'indignation, l'indignation morale, est le sentiment qui obtient le plus d'engagement. Pour chaque mot d'indignation ajouté à un tweet, le taux de retweet augmente en moyenne de 17%", note-t-il en reprenant une étude.

Pour susciter le plus d'engagement possible, il deviendra tentant de verser à tout prix dans l'indignation, ce qui s'en ressent fortement sur les conversations en ligne. "En d’autres termes, la polarisation de notre société fait partie du modèle commercial" des géants du Web, conclut Tristan Harris.

A cela s'ajoute une couche de culpabilisation, pour ceux qui souhaiteraient s'éloigner de discussions clivantes et inutilement agressives. Car, une fois la ferme décision de quitter les réseaux sociaux prise, ces derniers s’efforcent de nous retenir. Facebook se montre insistant dès lors que l'on ne se connecte plus le temps de quelques jours sur son réseau. Ce manque d'assiduité vaut en général aux utilisateurs quelques mails appelant à se reconnecter.

Le réseau va plus loin lors d'une demande de suppression de compte, quitte à jouer sur les sentiments. "Le message "Êtes-vous sûr de vouloir supprimer votre compte Facebook? Vous allez manquer à vos amis" s'affiche", rappelle Tristan Harris. Surtout, les visages de cinq amis jugés proches apparaissent pour faire machine arrière.

Ces techniques ne doivent rien au hasard et sont le fruit d'une mûre réflexion. Elles sont officiellement qualifiées sous l'expression "dark patterns", difficilement traduisible sinon par "design douteux". Ces mêmes techniques s'apprennent dès l'université. Stanford dispose ainsi d'un prestigieux laboratoire de persuasion technologique depuis 1997. De hauts cadres et designers de la Silicon Valley, recrutés par la suite chez Facebook et Google, y ont fait leurs classes. Tristan Harris également.

Pour ces mêmes techniques de manipulation insidieuses, les réseaux sociaux font régulièrement les frais de critiques. Ces dernières proviennent bien souvent de leurs anciens employés. En décembre 2017, l'ancien vice-président en charge de la croissance de l'audience de Facebook avait indiqué ressentir une "immense culpabilité" pour ce qu'il avait aidé à construire. 

Il avait alors explicitement mentionné les boutons «J'aime», les cœurs, commentaires et autres recommandations personnalisées, à même de créer selon lui "des boucles libérant de la dopamine", une molécule qui joue sur la sensation de bonheur. Autant d'outils qui, selon lui, "sapent les fondamentaux des interactions entre les gens".

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech