BFM Business

Uber peut suspendre définitivement les comptes de passagers mal notés

Les passagers mal notés sur Uber verront leurs comptes suspendus.

Les passagers mal notés sur Uber verront leurs comptes suspendus. - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Après les chauffeurs, les passagers d’Uber peuvent eux aussi être bloqués si leur note chute sous un certain seuil. Le service de VTC ne précise néanmoins pas la note éliminatoire.

Sur Uber, chauffeurs comme passagers ont pris l'habitude d'évaluer leurs comportements respectifs à coup d'étoiles. Longtemps maintenue secrète, la note - entre un et cinq - qui en découle est accessible depuis plusieurs années depuis la page d'accueil de l'application.

Côté passagers, elle avait jusqu'à présent valeur informative, et permettait aux chauffeurs de déterminer s'ils allaient, oui ou non, accepter une course. Mais depuis décembre, et d'après les informations de Libération, cette note sert désormais, en deçà d'un certain seuil, à suspendre les comptes de passagers turbulents ou tout simplement désagréables. 

Cette suspension de compte s'effectue en réalité en plusieurs étapes. "Si la note moyenne d’un client descend plusieurs fois en dessous d’un certain seuil, celui-ci recevra des alertes avant d’être potentiellement suspendu temporairement, puis, définitivement si le cas se reproduisait", a ainsi expliqué Uber à Libération

Interrogé par BFM Tech, Uber France rappelle qu’un système d’exclusion est déjà en place, afin de traiter les situations les plus graves. En cas de propos racistes ou d’altercation physique avec le chauffeur, par exemple, un passager pouvait déjà voir l’accès à son compte désactivé. Et ce aussi bien à Paris, à Lyon, Strasbourg que dans la vingtaine de villes françaises où Uber officie.

4,69/5 en moyenne

L’entreprise confirme par ailleurs que le nouveau système se base sur la note moyenne. Une exclusion peut être décidée “quand cette dernière atteint un seuil qui a été jugé ne pas refléter un comportement respectueux vis-a-vis des chauffeurs” précise l’entreprise, toujours auprès de BFM Tech. Cette politique d'exclusion des passagers aura été testée en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis avant d'être étendue à la France. 

Aucune précision n'est néanmoins apportée au sujet de cette note éliminatoire. Uber ne communique pas non plus sur le nombre de personnes averties. En mai 2018, le service de VTC avait fait part de la note moyenne accordée aux passagers français.

Cette dernière avoisinait alors en moyenne le 4,69/5, avec des spécificités régionales. Avec 4,9/5, soit un quasi sans-faute, les Montpelliérains (ou simples visiteurs de passage dans la ville) étaient venus occuper la première place du classement, devant les Nantais, Toulousains, puis Niçois. Côté conducteurs, Uber se montre transparent. Ces derniers n'ont à se féliciter de leur service qu'à partir de 4,7/5. En deçà de 4,5, le conducteur n'est plus au niveau des exigences de l'entreprise, qui se contente de souligner que cela pourra "poser problème". 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech