BFM Business

Uber lance un système d’identification pour lutter contre la location de comptes entre chauffeurs

Uber

Uber - Mark Ralston / AFP

Uber s'attaque à l'un de ses plus pernicieux problèmes de sécurité: la "location de compte" entre ses chauffeurs. Un système sera mis en place pour mieux les identifier.

La convocation d'Uber par Marlène Schiappa ce 12 décembre porte ses fruits. À la suite de plaintes sur une série d'agressions sexuelles à bord de ses véhicules, l'entreprise de location de VTC revoit la politique de suivi de ses chauffeurs. À compter du lundi 16 décembre, Uber mettra en place une nouvelle mesure pour éviter que ses conducteurs ne louent leurs comptes à d'autres chauffeurs en leur propre nom. 

Pour cela, un "système d'identification en temps réel des chauffeurs" a été développé, fait savoir l'entreprise. "Il permet de veiller à l’authenticité de l’identité des coursiers et chauffeurs", note Uber. "Nous sommes ainsi convaincus que notre technologie peut aider à améliorer la sécurité, y compris la lutte contre la fraude."

La fin des locations de comptes ? 

Comment ce système va-t-il fonctionner ? Une nouvelle contrainte viendra s'ajouter au quotidien des chauffeurs et coursiers, du service de livraison de nourriture Uber Eats. Il leur sera périodiquement demandé de prendre un selfie, une fois à bord de leur véhicule, pour le comparer instantanément avec la photo du titulaire du compte, grâce à un outil de reconnaissance faciale. Cette même photo est transmise à Uber à l'ouverture d'un compte, et peut seulement être modifiée dans l'espace d'accueil du site dédié. 

Uber assure donner aux chauffeurs le droit de veiller à leur confidentialité. Tous auront la possibilité de "choisir entre un contrôle automatisé utilisant la technologie biométrique ou un contrôle purement manuel effectué par un agent de support Uber". Dans le cas où les deux photos ne correspondraient pas, le compte suspect se verra temporairement suspendu. 

Uber Eats France disposait déjà d'un système de lutte contre la fraude. Chaque inscription de coursier est en effet passée en revue par Uber, dont une équipe dédiée contrôle la validité de l'ensemble des documents requis: parmi eux, une carte d'identité ou un passeport, un KBIS et un numéro de SIRET.

Tous les coursiers qui s’inscrivent sur l’application Uber Eats le font ainsi avec une photo de profil qui correspond à la photo de la pièce d’identité fournie. Par ailleurs, Uber assure avoir constitué une équipe de veille, pour surveiller de près sur les réseaux sociaux toutes les publications à même de proposer une "location de compte". Cette dernière reste définitivement prohibée. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech