BFM Tech

Séoul déploie des panneaux de signalisation pour sauver la vie des "smartphones zombies"

-

- - -

La capitale de la Corée du Sud a décidé d'alerter les piétons sur les dangers qu'ils courent en restant le nez collés à leur smartphone.

Les Sud-Coréens sont littéralement accros aux smartphones... au point de ne plus décrocher de leur écran, y compris lorsqu'ils circulent sur les trottoirs. Un comportement qui a entraîné de nombreux accidents. Aussi la ville de Séoul a décidé de lancer une vaste campagne d’affichage pilote pour faire lever le nez à ces "smartphones zombies" (ou smombies).

La ville et la police ont annoncé la mise en place, de 300 panneaux de signalisation, en hauteur et au sol, dans cinq zones où ont été constatés de nombreux accidents impliquant des piétons ayant les yeux rivés sur leur écran de smartphone.

-
- © Capture vidéo AFP

Les panneaux triangulaires, qui symbolisent un danger, montrent un piéton penché sur son smartphone se faisant heurter par une voiture et sont accompagnés de la phrase "Soyez prudents si vous utilisez votre smartphone en marchant". Ils seront placés à une hauteur de 190 cm ainsi qu’au-dessus des feux de signalisation près de passages piétons. 

Les autocollants au sol mesurent 40 cm de diamètre et montrent un piéton marchant avec un smartphone. Ils sont accompagnés de l’avertissement "Marchez en toute sécurité". Ils seront collés sur les trottoirs pour capter le regard baissé des smombies.

Cette opération pilote va durer six mois et à la fin de l'année, la ville fera un bilan pour savoir si elle a permis d'éviter des accidents ou non.

4,56 millions de Sud-Coréens sont classés comme des "accros au smartphone" au sens médical du terme et les accidents impliquant des smombies sont devenus un réel problème. Selon la sécurité routière du pays, plus de 1.100 accidents de la circulation étaient liés à l’utilisation d’un smartphone en 2014, un nombre qui a plus que doublé par rapport aux 437 cas en 2009. Une étude de cette institution a aussi révélé que les piétons remarquaient les bruits des voitures ou d'autres sources à une distance moyenne de 14,4 mètres, distance qui chute de moitié pendant l'écriture d'un message ou l'utilisation d'une application sur un smartphone.