BFM Business

Pourquoi le Ministère de l'Intérieur a passé une commande de plusieurs centaines de drones

Un drone déployé à Nice invite les passants à rentrer chez eux.

Un drone déployé à Nice invite les passants à rentrer chez eux. - VALERY HACHE / AFP

Le Ministère de l'Intérieur a publié le 12 avril un appel d'offres d'un montant de 4 millions d'euros, pour l'achat de près de 650 drones. Beauvau dément tout lien avec la crise sanitaire actuelle.

Le document, qui aurait pu passer inaperçu, trouve une résonance toute particulière dans le contexte actuel de confinement. Repéré par un journaliste de France Info, un appel d'offres du Ministère de l'Intérieur a été publié le 12 avril. Il prévoit l'achat de près de 650 drones, pour l'équivalent de 4 millions d'euros.

Trois lots de drones sont en réalité commandés. Le premier se compose de 565 "micro-drones du quotidien", de moins d'un kilo, d'une autonomie de vingt-cinq minutes minimum, à même de voler à une hauteur de 100 mètres en restant discrets. Ces drones doivent être équipés de caméras thermiques, et retransmettre des images filmées en 4K ou en UHD à au moins trois kilomètres.

Des missions d'observation

Le deuxième lot comprend 66 drones "de capacité nationale". Plus lourds, jusqu'à 8 kilos, discrets à 120 mètres, ils doivent eux aussi embarquer un objectif filmant. De quoi leur permettre de filmer à 500 mètres, avec un zoom x30 de jour, pour retransmettre les images captées à au moins 5 kilomètres, voire "reconnaître des gestes". Autonomie requise: vingt minutes minimum. Ces drones se destinent principalement à des missions d’observation-surveillance, de recherche, de reconnaissance, de constatation et de renseignement, lors d'événements d'importance régionale ou nationale.

Le troisième lot concerne quant à lui une vingtaine de "nano-drones spécialisés". Très légers, ils doivent peser moins de 50 grammes et avoir vingt-cinq minutes minimum d’autonomie. Leurs images doivent pouvoir être transmises à des postes situés à 2 kilomètres minimum. Les entreprises peuvent respectivement candidater pour chacun de ces lots. Par ailleurs, les quantités et montants mentionnés pour chacun des lots dans l'appel d'offres sont des estimations. L'accord-cadre sera conclu pour chacun des lots "sans montant minimum et sans montant maximum"

Contacté par BFM Tech, le Ministère de l'intérieur précise que "cet accord-cadre a pour objet l'acquisition de drones, de passerelles de réception des trames wifi des drones collaboratifs et de prestations associées pour les besoins de la sécurité intérieure (Gendarmerie nationale, Police nationale et Sécurité civile)", sans entrer davantage dans les détails.

En revanche, cette commande est vraisemblablement décorrélée de l'état d'urgence sanitaire actuel, alors même que des drones sont déployés au-dessus d'une quinzaine de villes françaises pour faire respecter les mesures de confinement. "Cet appel d'offre est sans lien avec la situation sanitaire actuelle, l'expression de besoin et les spécifications techniques ayant été consolidées au cours du second semestre 2019", assure ainsi le Ministère de l'intérieur.

L'appel d'offres est très relayé en ligne, notamment dans plusieurs groupes de gilets jaunes.
L'appel d'offres est très relayé en ligne, notamment dans plusieurs groupes de gilets jaunes. © Facebook

L'appel d'offres continue néanmoins de circuler en ligne, au sein de groupes Facebook. "L'Etat en profite pour instaurer une société de contrôle", peut-on ainsi lire dans une publication diffusée dans l'un des groupes Facebook de Gilets jaunes les plus actifs ("💥Gilet Jaune💥"). "Alors que l’hôpital est toujours en pénurie de masques et de blouses faute d’anticipation par l’Etat et qu’on fait plus de contraventions que de tests, la mécanique d’une société de surveillance se met en place. Voilà qu’on nous sort des bizarreries telles que des commandes de "micro-drones du quotidien" pour surveiller la population". L'une des publications reprenant ce message a été partagée plus de 11.000 fois.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech