BFM Business

Non, YouTube, n'a pas signé l'arrêt de mort des chaînes "non rentables"

Les nouvelles conditions d'utilisation de YouTube ont été mal interprétées.

Les nouvelles conditions d'utilisation de YouTube ont été mal interprétées. - Pixabay/ StockSnap

De nombreux youtubeurs se sont inquiétés de la disparition des chaînes "non rentables économiquement", à la suite d'une mauvaise interprétation des nouvelles conditions d'utilisation de YouTube. Aucun changement d'ampleur ne les concerne néanmoins directement.

Certains criaient déjà à la fin de YouTube. Entre les lignes, parmi les nouvelles conditions d'utilisation de la plus connue des plateformes vidéo, une courte phrase a fait tiquer de nombreux youtubeurs. Cette dernière laissait entendre que YouTube pourrait, à terme, supprimer des chaînes qui ne rapporteraient pas assez d'argent. 

Un démenti rapide

La rumeur a très rapidement pris de l'ampleur, notamment à la suite d'un tweet du journaliste américain Ford Fischer. "C’est probablement la fin de YouTube, écrivait-il ainsi. "Dès le 10 décembre, YouTube supprimera les chaînes qui ne sont plus viables commercialement".

Le vidéaste français "Le roi des rats", n'a pas tardé à y voir une "ère de censure liée à l'argent".

La réponse de YouTube ne s'est pas fait attendre. La mention controversée était déjà présente dans les anciennes conditions d'utilisation de la plateforme, fait savoir un porte-parole du service auprès de BFM Tech.

"Nous ne modifions pas la façon dont nos produits fonctionnent, la façon dont nous collectons des données ni même aucun de nos paramètres", complète-t-il. "Nous n'apportons pas non plus de changements à notre manière de travailler avec les créateurs, à leurs droits sur leurs créations ni même à la façon dont leurs vidéos sont monétisées."

"Comme préalablement, nous pouvons interrompre certaines fonctionnalités ou parties du service YouTube, par exemple, si elles sont obsolètes ou peu utilisées", avait fait savoir le compte officiel Team YouTube, quelques heures auparavant. "Cela n'a en rien une incidence sur les créateurs ou les internautes". 

À quoi YouTube fait-il donc référence en mentionnant des services peu rentables sur le plan commercial? À ses propres services, qui se montreraient au fil du temps obsolètes ou trop peu populaires. Google, qui détient YouTube, a pris l'habitude de faire petit à petit le ménage parmi ses fonctionnalités, pour ne garder que les plus performantes. En octobre 2018, l'entreprise a ainsi annoncé la disparition de Google+, à la suite d'une faille de sécurité. L'ex réseau social a depuis définitivement fait ses adieux.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech