BFM Tech

Mark Zuckerberg : « Les ordinateurs surpasseront demain les principaux sens humains »

Mark Zuckerberg lors d'une séance de questions réponses en Inde au mois d'octobre 2015.

Mark Zuckerberg lors d'une séance de questions réponses en Inde au mois d'octobre 2015. - Facebook

Le fondateur de Facebook était en Inde pour mener sa séance de questions-réponses mensuelle. L’occasion de revenir notamment sur sa conception de la neutralité du net et de l’intelligence artificielle.

Opération séduction pour Mark Zuckerberg en Inde ce 28 octobre où il s'est livré à son exercice mensuel de questions réponses. Un marché représentant un vivier potentiel énorme d’utilisateurs pour le réseau social, qui y a lancé au mois de février dernier son appli mobile gratuite Internet.org, rebaptisée depuis peu Free Basics by Facebook. "Connecter les gens en Inde est l'une des choses les plus importantes que nous puissions faire dans le monde", a-t-il annoncé fort modestement en préambule. 

Pour la neutralité du net mais pas trop

Au mois de mai dernier, Internet.org avait été la cible d'une fronde menée par des associations de défense des libertés. Ces dernières accusaient Facebook de violer les principes de la neutralité du net en proposant un accès, gratuit certes, mais surtout limité à certains services partenaires. Faisant amende honorable, Facebook a depuis ouvert sa plateforme à tous les développeurs et toutes les opérateurs qui le veulent.

"Internet.org et Facebook supportent à 100% la neutralité du net", a eu beau jeu de déclarer Mark Zuckerberg. Avant d'ajouter une réserve de taille: "Mais vous ne pouvez pas fournir tout l'Internet gratuitement". C'est la raison pour laquelle il justifie de ne proposer qu'une sélection de services: "Internet.org est une plateforme neutre. Une base de services gratuite où vous obtenez des choses simples, mais sans les vidéos et tout ce qui utilise une grande quantité de données."

L'avenir radieux de l'intelligence artificielle

Embauche du spécialiste du deep learning Yann Le Cun en 2013, ouverture à Paris d'un labo de recherche artificielle, Facebook met les bouchées doubles dans ce domaine. Avec des objectifs clairs pour son fondateur. "Dans cinq à dix ans, nous serons capables de construire des systèmes informatiques qui pourront être plus performants que les principaux sens humains. Voir, reconnaître les gens et les choses, les suivre à travers le monde, entendre, traduire et comprendre des langues, les ordinateurs feront tout cela mieux que nous", a-t-il promis.

Plus encore, il prédit que les ordinateurs seront capables de sauver des vies. "En cas de catastrophe naturelle, vous pourrez identifier lesquels de vos amis sont en difficulté avec l'aide de satellites".

Mais les ordinateurs pourront aussi rendre le contenu accessible à tous. "Si vous êtes aveugle et que vous ne pouvez pas voir une photo, l'intelligence artificielle en fera une description pour vous", conclut-il. 

Amélie Charnay