BFM Business

Les frelons asiatiques, ces stars inattendues de YouTube

-

- - DR

Dans le monde, 500 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute sur YouTube. Il y en a pour tous les goûts, dont ceux des fans de destruction de nids de frelons asiatiques.

Le frelon asiatique, vraisemblablement arrivé il y a quinze ans en France dans une cargaison venue de Chine, prolifère en l'absence de prédateur dans l’hexagone. Très agressive, cette espèce n'est pas mortelle, excepté pour les personnes allergiques. Cet été en France, au moins deux adultes sont décédés des suites d'une réaction. 

Les nids mesurent jusqu’à un mètre cube et contiennent 15.000 insectes. Installés en hauteur, près du sol ou même sous terre, ils sont difficiles à repérer, et tout autant à détruire. Alors quand des chasseurs de frelons ont décidé de filmer leurs opérations, ils ont rapidement obtenu des centaines de milliers de vues sur YouTube, la plateforme vidéo de Google.

Utiliser YouTube pour faire de la prévention 

En France, le pionnier du genre s’appelle Etienne. Cet habitant des Landes s’est reconverti il y a une quinzaine d’années dans la destruction des nids d’insectes nuisibles. Il se lance à son compte et crée sa chaîne YouTube en 2011: Etienne LGF (Landes, guêpes et frelons). Elle est désormais suivie par 327.000 abonnés et comptabilise 49 millions de vues pour 321 vidéos. La plus populaire a été regardée 3,6 millions de fois.

“Je voulais montrer aux gens ce qu’était un insecte, leur faire comprendre qu’il ne fallait pas faire n’importe quoi. Le but, c’est qu’il n’y ait plus d’accident du tout”, raconte Etienne, qui travaille sept jours sur sept.

En période estivale, il intervient sur une dizaine de sites chaque jour et constate régulièrement des accidents graves liés aux piqûres. “La prévention, ça marche. Je le vois dans les commentaires. D’ailleurs je les lis tous, même si je ne peux pas toujours y répondre. Il y en a trop !”

Le succès ne fut pas au rendez-vous dès le début. Mais à partir de 2015, il commence à travailler avec des monteurs pour améliorer la qualité de ses contenus. Il publie en moyenne deux vidéos par semaine. 

“Je suis content, ça m’apporte de la visibilité et de nouveaux clients même si j’en avais déjà beaucoup avant. L’année dernière, des Japonais sont même venus suivre mon travail pendant quatre jours”, se félicite Etienne. “Ils voulaient comparer leur méthode à la mienne. Et ils ont trouvé que mon procédé était bien plus efficace !”

Le chasseur de frelons se vante d’avoir inventé un système de destruction haute pression qui permet de tuer le nid, sans l’abîmer. Il a par ailleurs mis au point un "drone canon", réservé aux entreprises, qu'il compte vendre à RTE, le Réseau de transport d’électricité. A ses yeux, son succès sur le Web est lié à son statut de pionnier du genre. 

Inspirés, d’autres ont suivi. Olivier s’est également reconverti il y a quatre ans dans la désinsectisation. Il est aussi apiculteur.

“J’avais envie de lancer une chaîne YouTube donc j’ai appelé Etienne pour qu’il m’aide. Au début c’était pour me faire connaître. Et ça a marché, il y a même des gens qui me demandent des selfies!”, plaisante-t-il. Sa chaîne YouTube tutoie à ce jour les 10.000 abonnés.

Des messages politiques 

Olivier utilise sa visibilité pour porter un discours politique: “le frelon asiatique est un destructeur d’abeilles donc en tant qu’apiculteur, ça me pose problème. Mais tout le monde s’en fout, jusqu’au jour où certains en ont chez eux”. 

Il critique notamment la classification des frelons asiatiques en seconde catégorie des dangers sanitaires. Avec cette réglementation, il est reconnu que l’insecte menace l’économie d’une ou de plusieurs filières. En première catégorie, il serait établi qu’il constitue une atteinte grave à la santé publique et un risque majeur pour l’environnement.

“En France, on a laissé le frelon asiatique progresser pendant quinze ans sans rien faire. Il s’étend maintenant à tous les pays frontaliers et est inarrêtable. L’Etat doit prendre en charge les destructions!”, éructe l’apiculteur. 

"Je ne comprends pas pourquoi les gens regardent !" 

Comme Etienne, Olivier espère que ses vidéos inciteront les internautes à la prudence. “J’ai eu des clients qui se sont improvisés désinsectiseurs. Ils se sont fait rappeler à l’ordre par les bestioles. C’est très dangereux: cet été je suis intervenu chez un homme qui s’était fait piquer 70 fois!”, s'étrangle-t-il. 

Malgré un nombre d'abonnés encore modeste, la chaîne d'Olivier cumule plus de 2,2 millions de vues. Un petit succès auquel il ne s’attendait pas. “Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les gens regardent! On fait tout le temps le même genre de vidéos avec des interventions similaires. Mais les internautes aiment bien. Je pense que c'est lié au côté dangereux de la chose, c'est impressionnant”, s’amuse le vidéaste. "Mais il faudrait leur poser la question!".

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech