BFM Business

Les deux cyberharceleurs de Nadia Daam condamnés à six mois de prison avec sursis

Nadia Daam

Nadia Daam - DR

Deux cyberharceleurs de la journaliste Nadia Daam ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis. Il devront également lui verser 2 000 euros chacun, pour préjudice moral.

Deux cyberharceleurs présumés de Nadia Daam étaient jugés ce mardi au tribunal correctionnel de Paris pour appel au meurtre et appel au viol. Après une chronique au sujet du forum jeuxvideo.com, la journaliste avait subi une vague de harcèlement. Les deux hommes ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis. Cinq mois de prison avec sursis avaient été requis contre le plus jeune et huit pour le trentenaire. Aucun des deux n’avait de casier judiciaire.

L'audience devait avoir lieu le 5 juin mais l'avocat de l'un des prévenus avait demandé son renvoi. Ce même jour, le domicile de Nadia Daam a été cambriolé. Le lien avec l'audience n'est pas prouvé. "Ma porte avait été défoncée mais on ne m’avait rien volé sauf les ordinateurs et les tablettes", a-t-elle précisé. Ce n'est pas la première fois que son domicile est visé. Les mois précédents, des coups ont notamment été portés à sa porte d'entrée en pleine nuit.

Le plus jeune des harceleurs âgé de 20 ans 

Pendant l’audience, Nadia Daam fait face à ses deux harceleurs présumés. Elle évoque la difficulté de surmonter le harcèlement numérique, puis physique. "Je n’ai pas dormi chez moi les premiers jours, ma fille a manqué l’école", explique la journaliste. 

Face à elle, ses harceleurs présumés se confondent en excuses. Le plus jeune des deux est âgé de 20 ans et est technicien France Télécom. Il officiait sous le pseudo de "tintindealer". Son avocat le décrit comme quelqu'un de renfermé, qui "passe du temps sur son ordinateur" et qui a une "vie sociale extrêmement réduite.

Il est accusé d'avoir réalisé le photomontage avec la photo de Nadia Daam sur le corps d’un otage de Daech. Il explique qu’il n’a pas vu "le côté menaçant" et qu’il l’a supprimé 30 minutes après, quand des personnes lui ont dit que ça l’était. Il se retourne vers elle et lui dit "je tiens à demander pardon". Le technicien reconnaît qu’il a juste voulu "faire le malin" et qu’il n’avait même pas entendu la chronique de Nadia Daam. 

"Je ne suis pas Guillaume Apollinaire" 

Le second prévenu, âgé de 34 ans, est administrateur de base de données. Il lui est reproché des menaces à caractère sexuelle. Le trentenaire qui officiait sous le pseudo "quatrecenttrois" reconnaît que ce n’était pas très inspiré. "Je ne suis pas Guillaume Apollinaire", lance-t-il. Il explique avoir voulu infiltrer le forum 18-25 pour "lutter contre les propos racistes qui y sont proférés". Comme l'autre accusé, il a assuré qu'il ne pensait pas que cette histoire partirait si loin. "Le témoignage de Nadia Daam m'a ému, je le regrettais, je le regrette encore plus. Je l'ai en pleine face", a-t-il conclu. 

La journaliste s'est exprimée à la sortie de l'audience: "le cyberharcelement ne va pas s’arrêter demain. Mais on a les moyens de retrouver les personnes, et ça peut faire réfléchir". Après l'annoncé du verdict, elle s'est dite "soulagée que ce soit fini" et que ce qu'elle a vécu soit reconnu par la justice.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech