BFM Business

Les dessous de la modération du grand débat sur Twitch

Le secrétaire d'Etat Gabriel Attal participait à un grand débat sur la plateforme Twitch ce 19 février.

Le secrétaire d'Etat Gabriel Attal participait à un grand débat sur la plateforme Twitch ce 19 février. - Twitch/ Accropolis

Edouard Philippe, Jean-Michel Blanquer, François de Rugy et d'autres ministres se succèdent ce mardi sur la plateforme de streaming Twitch, pour s'adresser aux plus jeunes et répondre à leurs questions. Une équipe de modérateurs s'attelle à maintenir un climat de discussion sain.

Pour répondre de la manière la plus large possible au mouvement des "gilets jaunes", le gouvernement s'aventure sur des terres jusqu'à présent étrangères à la politique. Depuis neuf heures ce mardi 19 février, plusieurs ministres se succèdent sur Twitch, une plateforme de streaming spécialisée dans le jeu vidéo. 

Ce "débathon", animé par cinq jeunes streamers et youtubeurs, représente un réel défi en matière de modération. Dans une fenêtre de tchat située sur la droite du live vidéo, défilent en effet des commentaires, remarques ou questions directement adressées aux intervenants et aux représentants politiques.

De nombreux commentaires ont afflué lors du passage d'Edouard Philippe.
De nombreux commentaires ont afflué lors du passage d'Edouard Philippe. © Twitch

En voulant toucher un public plus jeune, les ministres s'exposent à une audience dont ils maîtrisent moins les codes. S'il s'agit d'un grand saut pour ces représentants politiques, le défi est également de taille pour Accropolis, qui n'avait jusqu'à présent jamais accueilli autant de monde sur ses live vidéo. 

Dix modérateurs, tous bénévoles, ont été réquisitionnés pour limiter les propos injurieux, agressifs ou hors de propos, pour faire en sorte que le débat reste sain et constructif, explique Sylvain Barbet, bénévole de la chaîne auprès de BFM Tech.

Des outils de filtrage

"Ce débat a nécessité une organisation poussée de notre part", note-t-il. "Aux règles tout à fait classiques sur Twitch, telles que le respect d'autrui, la suppression du spam, des liens ou des propos en majuscules qui monopolisent l'espace de discussion, nous avons mis en place quelques règles supplémentaires. Parmi elles, la suppression des remarques sur le physique des personnes qui apparaissent à l'écran". 

Pour les accompagner dans leur tâche, les modérateurs sélectionnés s'appuient sur plusieurs outils mis à disposition par Twitch. "Actuellement, plusieurs logiciels fonctionnent sur le tchat: "Automode", un outil qui permet de repérer certains mots, des expressions ou des liens qui reviennent souvent, de façon anormale; le "slow mode", qui impose un délai entre les messages, pour que la discussion reste lisible; enfin, un délai de publication a été instauré pour nous donner le temps de filtrer les messages avant qu'ils apparaissent dans la discussion", relève Sylvain Barbet.

Ce délai permet par ailleurs de sélectionner les questions les plus pertinentes, à adresser par la suite aux ministres. Au bout de trois interventions contraires aux règles de modération, et après avoir reçu des avertissements, les profils responsables sont bannis de la conversation.

Si le débat se déroule jusqu'à présent sans encombre, Accropolis craint des actions organisées, notamment issues du forum de discussion 18-25, de jeuxvideo.com, connu pour certaines actions de harcèlement en ligne. "Un groupe issu du forum 18-25 a été visible sur le chat en ligne durant l'intervention du premier ministre, et a tenté de mettre en difficulté nos modérateurs et de nous "troller". Nous avons fait le nécessaire en suivant les règles de la chaîne. La gêne a été de courte durée", fait savoir Accropolis. Pour les modérateurs, il s'agira de tenir bon onze heures durant, jusqu'à vignt heures ce soir.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech