BFM Tech

Google a retiré un demi-milliard de liens vers des sites pirates, un record

-

- - AFP

Google reçoit des millions de demandes pour que des liens vers des contenus piratés soient retirés de son moteur de recherche. Mais cette année, elles ont atteint un chiffre sans précédent.

Google est l’une des principales portes d’entrée vers les sites de piratage. Aussi le moteur de recherche reçoit chaque année des millions de demandes de déréférencement de liens (requêtes DMCA du nom de la loi américaine sur le copyright). En 2015, Google a ainsi reçu 558 millions de demandes de retrait de liens.

Ce chiffre est en nette hausse (+60%) par rapport à 2014, où Google n’avait reçu "que" 345 millions de requêtes

-
- © Google Transparency Report

Cette année, les requêtes ont ciblé plus de 329.000 noms de domaine différents et ont été envoyées par 27.057 détenteurs de droits, pour la plupart des membres de l’industrie du disque et du cinéma. En tête des organismes ayant demandé à Google de retirer des liens, on trouve cette année, comme l’an dernier, la British Phonographic Industry (BPI) qui représente les majors du disque du Royaume-Uni : elle a réclamé le retrait de 65 millions de liens.

Autre particularité de cette année, l’essentiel des demandes de retrait a concerné des liens sur trois sites en particulier : chomikuj.pl, rapidgator.net et uploaded.net. Chacun d’eux a fait l’objet de plus de sept millions de demandes de retrait de liens !

-
- © Google Transparency Report

Si Google ne communique pas sur les réponses accordées à ces demandes, l’entreprise y accède la plupart du temps. Il y a quelques semaines, Google assurait aux responsables américains de la protection de la propriété intellectuelle traiter plus d’avis de retrait que n’importe quel autre moteur de recherche et plus rapidement. "Nous recevons des millions de demandes par semaine et les traitons dans une moyenne de six heures", a précisé l’entreprise. Elle a toutefois refusé de supprimer des noms de domaine entier, ce qu’elle assimile à de la censure.

Une position que ne partagent évidemment pas les représentants des ayants droit, pour qui les sites donnant accès à des contenus piratés devraient être exclus de Google.

a lire aussi

Téléchargement illégal : de la prison pour les membres de la GGTeam

Cécile BOLESSE