BFM Business

 Donald Trump n'utilise pas de smartphone sécurisé qu'il juge "trop embêtant"

Au quotidien, le président des Etats-Unis jongle entre deux iPhone, rapporte Politico : l'un pour tweeter, l'autre pour passer des appels. Les règles de sécurité préconisées par ses conseillers lui restent néanmoins étrangères.

La Maison-Blanche dispose de smartphones entièrement sécurisés pour assurer la confidentialité et la sécurité des échanges entre les plus hauts responsables de l'Etat. Pourtant, Donald Trump n'a pas souhaité recourir à l'un de ces appareils, jugeant qu'ils étaient "trop embêtants" à utiliser, rapporte Politico.

Le président des Etats-Unis mise sur deux iPhone, en fonction des tâches qu'il souhaite accomplir : l'un pour tapoter ses tweets quotidiens, l'autre pour passer des appels, d'après des sources officielles. Tous deux ont été prêtés par les services des technologies et des communications de la Maison-Blanche. Leur niveau de sécurité n'est néanmoins pas équivalent à celui des mobiles utilisés par les précédents locataires de l'institution. 

D'après des images récupérées par le chercheur en sécurité the grugq, Donald Trump aurait actuellement recours à un iPhone 6 Plus.

Par souci de praticité, Donald Trump refuse de se prêter à l'examen de ses smartphones, et ce depuis près de cinq mois, rapporte Politico. Lors du précédent mandat, Barack Obama avait pris l'habitude de faire vérifier son téléphone tous les trente jours.

La caméra et le micro de ces iPhone n'ont pas été désactivés comme le prévoit normalement la politique de sécurité de la Maison-Blanche. Autant de choix qui rendent Donald Trump vulnérable aux piratages et à la surveillance, alors même que des documents sensibles peuvent transiter via ces appareils. 

Donald Trump est régulièrement critiqué pour son manque de vigilance à l'égard de la protection de ses communications. Début 2017, son abandon du Galaxy 3 pour un iPhone flambant neuf a fait l'objet de tractations poussées. Son ancien appareil ne bénéficiait par de mises à jour de sécurité depuis 2015. En passant chez Apple, le président des Etats-Unis avait dû faire une entorse au boycott de l'entreprise, appelé de ses voeux pendant la campagne.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech