BFM Business

Decathlon, Sephora: pourquoi vous pourriez bientôt payer en bitcoins dans de nombreuses enseignes

Un logiciel d'encaissement utilisé dans 40 enseignes françaises proposera le paiement en bitcoins.

Un logiciel d'encaissement utilisé dans 40 enseignes françaises proposera le paiement en bitcoins. - Pixabay

Un logiciel d'encaissement qui équipe 25.000 commerces français de 40 enseignes différentes sera mis à jour pour accepter les paiements en bitcoins. Les enseignes, elles, n'ont pas encore eu leur mot à dire.

Les innovations liées aux cryptomonnaies passent aussi par les logiciels d'encaissement. Ce 24 septembre, Global P.O.S., un créateur de solutions logicielles pour points de vente, a annoncé la possibilité, à terme, de payer en bitcoins dans toutes les enseignes qui s'en remettent déjà à ses outils.

En tout, 40 grandes marques, dont Foot Locker, Sephora, Decathlon, Conforama, et leurs 25.000 boutiques, sont potentiellement concernées, et ce dès le premier trimestre 2020.

Concrètement, il s'agirait pour les clients d'installer une application sur leur smartphone et de le charger en bitcoins. Lors du passage en caisse, ils seraient invités à scanner un QR Code pour valider leur paiement, avec des frais compris entre 1,8% et 2,9%. Les enseignes, elles, recevraient un virement non pas en cryptomonnaies mais en euros, grâce à un système de conversion instantanée.

Aucun accord trouvé

Si la technologie existe bel et bien, aucun accord n'a pour le moment été signé, avec aucune de ces marques. "Cette technologie est aujourd'hui opérationnelle", fait savoir Global P.O.S. "Au tour des enseignes de décider si elles vont l'accepter ou non, sachant que cela implique notamment de former du personnel en caisse".

Pour les enseignes, l'avantage pourrait être de sensibiliser un public plus jeune et familiarisé avec ces devises, voire d'attirer des étrangers voulant s'affranchir des frais de change. Mais pour l'heure, tous les partenaires de Global P.O.S ne semblent pas emballés. Contactée par BFM Tech, l'enseigne Norauto affirme qu'une telle solution de paiement n'est pas encore à l'étude. Egalement sollicitée, Maisons du Monde annonce ne pas activer cette solution.

Pour les clients, l'intérêt du bitcoin est plus limité face à l'usage d'une carte bancaire classique, en raison des commissions retenues par Global P.O.S.

Le bitcoin se démocratise difficilement dès qu'il s'agit de paiements en magasin. Et cela se traduit dans les faits. Pour l'heure, seule une soixantaine d'établissements acceptent cette devise à Paris, selon Coinmap, une carte collaborative qui recense les boutiques crypto-compatibles.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech