BFM Tech

Aux USA, Facebook ne pourra plus trier ses utilisateurs selon leur couleur de peau

-

- - JOSH EDELSON AFP

L’entreprise américaine vient de signer un accord avec l’État de Washington afin de ne plus laisser les annonceurs exclure certaines communautés lorsqu’ils diffusent leurs publicités.

Sur Facebook, un annonceur ne pourra plus choisir de cacher ses publicités aux Noirs ou aux homosexuels. Appliquée sur le marché américain, cette pratique permet au réseau social de gagner davantage d’argent en proposant des campagnes publicitaires toujours plus ciblées. Elle devra définitivement cesser dans les trois mois et dans tout le pays. L’annonce a été faite par Bob Ferguson, procureur général l’État de Washington de Washington.

“Une discrimination illicite”

“La plateforme publicitaire de Facebook a engendré de la discrimination illicite, basée sur la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le handicap et la religion” explique Bob Ferguson dans un communiqué de presse publié sur le site officiel de l’État de Washington. On y trouve une capture d’écran des options proposées par Facebook à ses clients. Afin d’optimiser la rentabilité d’une campagne publicitaire, ces derniers peuvent choisir d’en exclure la communauté afro-américaine, asiatique ou encore hispanique.

-
- © -

“Nous avons retiré des milliers de catégories liées à des spécificités sensibles et personnelles - comme la couleur de peau, l’ethnie, l’orientation sexuelle et la religion - de nos outils d’exclusion de ciblage publicitaire” explique Facebook à Reuters. “La publicité discriminatoire n’a pas sa place sur notre plateforme et nous continuerons à améliorer nos produits publicitaires”, affirme Will Castleberry, vice-président en charge de la politique locale et nationale de Facebook.

Vers d'autres formes de discrimination

Cet effort pour lutter contre les discriminations n’est cependant pas à l'initiative de Facebook. La firme californienne était depuis vingt mois visée par une enquête menée par les équipes de Bob Ferguson, après que le site ProPublica a révélé ces pratiques, en octobre 2016. Des pratiques toujours en vigueur lors d’une nouvelle enquête du média américain, publiée fin 2017. Peu avant les conclusions de Bob Ferguson, Facebook avait annoncé dans un communiqué la suppression de nombreuses catégories d’exclusion liées à des critères raciaux ou de sexualité. La décision du procureur général lui interdira de les rétablir.

Malgré ces nouvelles limites, Facebook pourra toujours proposer à ses clients un ciblage publicitaire très précis, par exemple en excluant les habitants de certains quartiers de leurs campagnes publicitaires. Interrogé par le site américain The Verge, l’avocat Romer-Friedman explique que le tri des utilisateurs selon leur quartier est une manière déguisée de procéder à de la discrimination raciale. Baptisée “redlining”, cette pratique se réfère à la discrimination d’habitants de certains quartiers par les banques lors des demandes de prêts. D’autres critères comme l’âge sont maintenus par Facebook et permettent par exemple d’exclure les seniors lors de la publication d’annonces d’emploi.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech