BFM Business

Anonymat sur les réseaux sociaux: "pas souhaitable et pas possible" d’après Mounir Mahjoubi

Invité sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, Mounir Mahjoubi s'est prononcé contre la levée de l'anonymat sur les réseaux sociaux, jugeant cette initiative souhaitable pour les seuls dispositifs de démocratie participative en ligne.

Accusés de tous les maux, les réseaux sociaux invitent parfois à des positions radicales. Ainsi de la levée progressive de l'anonymat en ligne, souhaitée par un large spectre d'hommes et femmes politiques depuis plusieurs années, et évoquée en filigrane par Emmanuel Macron le 18 janvier dernier. Quelques semaines auparavant, le chef de l'Etat avait pointé du doigt un "anonymat devenu problématique", qui laissait impunis des "torrents de haine déversés en ligne". 

Invité sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin ce 25 janvier, Mounir Mahjoubi a tenu à clarifier les propos du président de la République, en distinguant plusieurs cas de figure. "Sur un site de rencontres, je veux bien que tout le monde s’appelle Robert 234 ou Angeline2828. Chacun doit pouvoir choisir son pseudo et sa vie virtuelle', estime le secrétaire d'Etat chargé du numérique.

"Mais quand on est sur un site de démocratie participative, notamment les dispositifs numériques pour que les citoyens puissent s’exprimer régulièrement, faire des pétitions légales, je ne veux plus que ce soit anonyme", a-t-il tranché, en indiquant que l’Etat proposerait dès 2020 à tous les citoyens une identité numérique publique à utiliser volontairement pour participer à tous les services publics en ligne. "C’est la réponse qu’a fait Emmanuel Macron dans son débat avec les maires. Ce n’était pas l’anonymat en général. Mais l’anonymat lié à la démocratie participative en ligne."

Un anonymat tout relatif

Mounir Mahjoubi fait des réseaux sociaux, régulièrement qualifiés de chambre de résonance pour les fausses informations et propos haineux, un cas à part. "Sur les réseaux sociaux, je ne souhaite pas qu’on mette fin à l’anonymat. (...) Cet anonymat, il est tout relatif. Quand quelqu’un insulte, harcèle en ligne, croyant qu’il est anonyme derrière un pseudonyme, cette année, c’est plus de 500 d’entre eux qu’on a attrapés et condamnés." Le 3 juillet dernier, deux cyberharceleurs de la journaliste Nadia Daam ont ainsi écopé de six mois de prison avec sursis. Tous deux avaient officié sous pseudonyme.

Le secrétaire d'Etat au numérique avance un autre argument pour ne pas faire disparaître l'anonymat en ligne. "Pour ceux qui maîtrisent deux microgrammes de technicité, c’est impossible ! Si on disait, demain sur Twitter, que l'on levait l'anonymat, les gens iraient ailleurs, prendraient d'autres identités. Aujourd’hui ce n’est techniquement pas souhaitable et pas possible."

En théorie, la mise en place d'initiatives pour dissiper l'anonymat reste néanmoins possible, à la marge. Les mesures techniques évoquées jusqu'à présent impliquent de soumettre l'inscription à un réseau social, Facebook en tête, à la fourniture d'une pièce d'identité. Cette volonté de voir les internautes commenter à visage découvert aura successivement été partagée par Nicolas Sarkozy, François Hollande ou encore Eric Ciotti.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech