BFM Business

80% des comptes Twitter diffuseurs de fake news pendant la campagne américaine toujours actifs

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

Twitter n'arrive pas à s'en débarrasser. Des chercheurs de la Knight Foundation révèlent que 80% des comptes qui diffusaient des fake news pendant la campagne présidentielle américaine de 2016 sont toujours actifs.

Après l’élection de Donald Trump en 2016, les soupçons se sont portés sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Facebook et Twitter. Les deux géants sont accusés de ne pas avoir suffisamment modéré les contenus présents sur leurs plateformes et d’avoir ainsi laissé pulluler fake news et campagnes d’influence dans le but de faire élire le candidat républicain. Un mois jour pour jour avant les élections de mi-mandat, les inquiétudes resurgissent. Et pas pour rien.

Des chercheurs de la Knight Foundation révèlent jeudi que 80% des comptes Twitter qui diffusaient des fake news pendant l’élection de 2016 sont toujours actifs. Ils postent encore plus d'un million de tweets par jour.

Twitter ne s'en sort pas 

Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont analysé plus de 10 millions de tweets postés par quelque 700.000 comptes pointés du doigt pour leurs liens avec plusieurs centaines de sites faisant la promotion de théories du complot et de fake news les mois précédant l’élection de 2016.

"Cette étude ne prend pas en compte nos actions pour supprimer les messages publiés par des bots (un logiciel automatisé, NDLR) et les contenus spam. Nous le faisons de manière proactive et à grande échelle, chaque jour. Par ailleurs, en tant que service ouvert à tous, Twitter est une source vitale d'antidote en temps réel aux mensonges quotidiens", s'est défendu auprès de TechCrunch Del Harvey, vice-président monde et chargé de la sécurité chez Twitter.

70 millions de comptes suspects supprimés

Au mois d’août, Jack Dorsey, PDG de Twitter, a reconnu dans une interview accordée à CNN que le réseau social n’avait pas trouvé le moyen d’éradiquer celles que l'on doit désormais appeler "infox" en France.

Ces derniers temps, le réseau social a pourtant fait une série de purges de "faux" comptes, notamment en juillet, ce qui avait provoqué la grogne de responsables politiques, hurlant à la censure. En deux mois, Twitter a supprimé 70 millions de profils suspects. Il y a encore du travail.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech