BFM Business

Après une purge des comptes Twitter, des représentants politiques crient à la censure

Twitter a suspendu plus de 70 millions de comptes entre mai et juin.

Twitter a suspendu plus de 70 millions de comptes entre mai et juin. - JONATHAN ALCORN / AFP

Dans la nuit du 30 au 31 juillet, Twitter a procédé à une nouvelle vague de suspensions de comptes jugés suspects. La perte d'abonnés, observée chez bon nombre d'utilisateurs du réseau social, a rapidement pris une tournure politique.

Twitter poursuit son grand ménage et cela n’est pas du goût de tout le monde. Ce 31 juillet, les utilisateurs du réseau social ont pu constater une baisse notable du nombre de leurs abonnés, de quelques dizaines à plusieurs milliers, pour les comptes les plus suivis.

Cette "purge" fait en réalité partie d'une opération de nettoyage initiée par Twitter pour évacuer les comptes suspects de son réseau social. Autant de comptes qui ne viennent plus renflouer le nombre de "followers" de ceux qu'ils suivaient parfois automatiquement jusqu'alors. Ces mêmes comptes suspects sont invités à envoyer leur numéro de téléphone pour être débloqués, avant d'être à nouveau comptabilisés. Il aura fallu seulement quelques heures pour que l'initiative de l'entreprise soit récupérée politiquement.

Loïc Prud'homme, député de la France insoumise, fait partie des premiers représentants politiques à avoir fait part de sa surprise.

Erik Tegnér, candidat à la présidence des Jeunes républicains, compare l'opération de Twitter à la "nuit des longs couteaux".

Jean Messiha, membre du Bureau national du Rassemblement national, invite quant à lui au boycott du réseau social, invoquant le blocage de centaines de comptes de la "patriosphère".

Alain Houpert, Sénateur de la Côte-d'Or, y voit les conséquences potentielles de l'affaire Benalla.

L'initiative est perçue comme une opération pro-Macron par Laurent Bras, référent Les Patriotes dans le Loir-et-Cher.

Le 11 juillet, quelques jours seulement après avoir annoncé que 70 millions de comptes suspects avaient été supprimés en deux mois, Twitter a indiqué dans un post de blog que les comptes verrouillés n’apparaîtraient plus parmi les abonnés d’autres comptes. En réalité, ces profils Twitter peuvent être verrouillés dès lors qu’ils tweetent de manière anormalement fréquente, en abusant de mentions à d’autres utilisateurs ou en incluant régulièrement des liens vers des pages frauduleuses.

Certains internautes très suivis ont pu voir leur nombre d'abonnés chuter drastiquement. Donald Trump a ainsi perdu 100.000 abonnés, contre 400.000 pour Barack Obama. Le réseau social s'efforce ainsi de lutter contre les comportements abusifs et la présence de comptes amenés à retweeter de manière automatique de fausses informations pour leur donner de l'ampleur.

Les initiatives de rationalisation et de nettoyage de la plateforme pèsent sur les intérêts économiques du réseau social. Le 28 juillet, Twitter accusait une chute de 19% en Bourse. Raison invoquée : une perte d'un million de ses utilisateurs.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech