BFM Business

Vaccination: Doctolib passe le cap des 5 millions de rendez-vous

Doctolib, Maiia et Keldoc ont été retenus en France pour favoriser la prise de rendez-vous de vaccination en ligne.

Doctolib, Maiia et Keldoc ont été retenus en France pour favoriser la prise de rendez-vous de vaccination en ligne. - ERIC PIERMONT © 2019 AFP

200.000 rendez-vous ont été pris via la plateforme sur la seule journée du 4 mars, un record depuis le 18 janvier, date de la mise en ligne des créneaux de vaccination.

200.000 inscriptions en une seule journée. Ce 4 mars, Doctolib a atteint son record de réservations de créneaux de vaccination en ligne contre la Covid-19. Cette fonctionnalité est proposée depuis le 18 janvier par la plateforme de prise de rendez-vous médicaux. Plus de 5 millions de créneaux ont pu être réservés par ce biais, d'après les statistiques du site, publiées quotidiennement.

Ces mêmes statistiques permettent d'obtenir le nombre de rendez-vous réservés par département. Le Nord culmine avec 210.000 rendez-vous, contre 175.000 dans le Rhône, 120.000 dans les Bouches-du-Rhône et 105.000 dans le Pas-de-Calais. 185.000 rendez-vous ont enfin été pris à Paris.

Deux autres plateformes françaises, Maiia (filiale du groupe d'informatique médicale Cegedim) et Keldoc, ont également été sélectionnées par l'Etat pour fluidifier les inscriptions à la vaccination, aux côtés de Doctolib et de la plateforme déployée par le gouvernement, Santé.fr. L'ensemble des quelque 800 centres de vaccination y sont recensés, de façon exhaustive.

Rendez-vous devant le Conseil d'Etat

D'après le site CovidTracker, près de 3,2 millions de Français ont reçu une première dose de vaccin, pour près 1,7 million de Français immunisés.

Le choix de Doctolib, fait par le gouvernement, est désormais décrié. Le 8 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé devra s'en expliquer devant le Conseil d'Etat. Il est reproché à la plateforme franco-allemande d'héberger ses services dans le Cloud d'Amazon Web Services (AWS), la filiale Cloud du géant du e-commerce.

Dans le viseur: le Cloud Act, ce texte américain tant décrié en Europe auquel est soumis Amazon Web Services, qui permet aux autorités locales d'accéder aux informations stockées sur les serveurs des acteurs du Cloud computing, qu'elles concernent des individus américains ou européens.

Dans ce contexte, les requérants demandent l’annulation du partenariat entre le gouvernement et Doctolib pour la prise de rendez-vous liée au Covid-19. AWS, qui affirme respecter "l'ensemble des réglementations françaises et européennes, dont le RGPD", fait par ailleurs partie de la liste des hébergeurs de données de santé à caractère personnel, certifiés par l'Agence du numérique en Santé.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech