BFM Business

Un enfant s'empare du compte Twitter du commandement américain des armes nucléaires

Vue aérienne du Pentagone prise le 25 août 2013.

Vue aérienne du Pentagone prise le 25 août 2013. - SAUL LOEB © 2019 AFP

Un tweet incompréhensible publié par un enfant aura été visible quelques secondes sur le compte du commandement américain des armes nucléaires, avant d'être supprimé.

Code nucléaire? Piratage du Pentagone? Complot? Un tweet sibyllin, composé de marques de ponctuation et d'une succession de lettres, publié par le compte Twitter du commandement stratégique de l'armée américaine, a semé la confusion pendant quelques minutes sur le réseau social.

;l;;gmlxzssaw,

";l;;gmlxzssaw,", ont pu lire les internautes ce dimanche 28 mars sur le compte officiel du commandement chargé du contrôle militaire de l'ensemble de l'arsenal nucléaire américain (Stratcom), suivi par près de 190.000 personnes, avant que le tweet ne soit supprimé.

N'en déplaise aux amateurs de cryptographie, le message mystérieux était simplement du charabia, rédigé par un enfant s'étant emparé du compte Twitter de l'armée pendant quelques minutes, a déclaré le Stratcom à un journaliste du média américain Daily Dot.

Aucun piratage

"Le responsable du compte Twitter du commandement militaire, qui était en télétravail, a laissé le compte ouvert et sans surveillance quelques instants. Son jeune enfant a profité de la situation et s'est mis à jouer avec le clavier et, a malheureusement, et sans s'en rendre compte, publié le tweet", a détaillé un porte-parole du Stratcom dans un communiqué.

"Absolument rien de dommageable n'est arrivé, c'est-à-dire aucun piratage de notre compte Twitter", a-t-il ajouté. L'anecdote n'est pas sans rappeler un autre célèbre tweet énigmatique, "covfefe", cette fois signé de l'ancien président Donald Trump lui-même. Une faute de frappe qui n'avait jamais été réellement expliquée par l'intéressé. Elle a aujourd'hui disparu, le compte de Donald Trump ayant été supprimé par Twitter après l'invasion du Capitole, le 6 janvier dernier.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo avec AFP Journaliste BFM Tech