Tech&Co
Twitter

Des pâtes à la place des crevettes: même à la cafétéria de Twitter, la chasse aux coûts est lancée

Avec des revenus en baisse, Twitter est obligé de se serrer la ceinture. Les salariés sont donc invités, malgré eux, à participer à cette réduction des dépenses.

Finies les crevettes grillées à la cafétaria! Chez Twitter, les dépenses sont passées au régime sec. Depuis l’arrivée d’Elon Musk à la tête de l’entreprise, les annonceurs semblent déserter la plateforme. Et face à ces pertes de revenus, des économies doivent donc être faites pour assurer la viabilité financière. D’autant plus que le nouveau patron vise à tout prix la rentabilité.

Et qu’ils le veuillent ou non, ce sont bien les employés qui sont les premiers impactés. Non content d’avoir mis deux tiers des effectifs à la porte, ou du moins de les avoir poussés au départ, Elon Musk leur retire peu à peu leurs avantages.

"La gestion des coûts est essentielle"

Dans un mail, consulté par Business Insider, les employés ayant survécu à la grande purge - désormais terminée - ont appris que les comptes allaient particulièrement être scrutés.

"Nous sommes confrontés à un climat économique difficile où une plus grande attention à la gestion des coûts est essentielle", est-il écrit. "L’avenir de Twitter est très prometteur si nous pouvons travailler ensemble pour être des gestionnaires avisés des ressources de l’entreprise."

Les repas proposés à la cantine des locaux de l’entreprise ont même donné lieu à une passe d’arme entre le milliardaire et une ancienne cadre. Tracy Hawkins dirigeait le programme alimentaire avant de quitter l’entreprise. Elle s’est opposé à son ancien patron, pour lequel elle ne souhaitait pas travailler, sur les dépenses liées aux repas de la cantine.

Selon Tracy Hawkins, les petits déjeuners et déjeuners représentent un coût de 20 à 25 dollars par employé pour Twitter. C’est bien moins que les plus de 400 dollars avancés par Elon Musk. Selon lui, le budget alloué à l'alimentation était de 13 millions de dollars par an.

Afin d’alléger la facture, le nouveau patron a décidé que la cantine ne serait plus gratuite. L’entreprise ne prendra en charge qu’une partie des repas de ses salariés, et non plus l’intégralité, indique Business Insider.

Les menus ont également été revus à la baisse, précise un employé au New York Times. Lundi 21 novembre, les crevettes grillées ont laissé place à deux plats de macaroni au fromage et une salade composée.

Les appels des agences de voyage esquivés

Mais ces coupes ne sont pas les seules. Les avantages des salariés ont fondu depuis la reprise en main des comptes par Elon Musk, qui supprime peu à peu les allocations budgétaires. Formation, internet à domicile, activités de bien-être ou garderie, la quasi-totalité des bénéfices d’entreprise ont disparu.

"Les allocations seront réévaluées au fil du temps et pourront être réintroduites lorsque la situation financière de l’entreprise s’améliorera", ont pu lire les employés dans un mail, repéré par The Verge.

La chasse aux coûts est telle qu’Elon Musk refuse même de payer les factures liées aux frais engagés avant son rachat du réseau social. Ainsi, Twitter accumule les impayés, notamment dans le domaine des voyages d’affaires, comme l’écrit le New York Times. Les employés évitent donc de décrocher lorsque les agences de voyage appellent pour se faire payer, raconte Business Insider.

De nouvelles règles ont également été instaurées. Dans un contexte de réduction des dépenses, les voyages des employés doivent être absolument nécessaires et se soumettre à un barème en fonction des postes.

Un membre de l’équipe d’Elon Musk a le droit à 20.000 dollars pour les déplacements d’affaires. C’est moitié moins pour les vice-présidents de l’entreprise. Les administrateurs ne disposent plus que de 5000 dollars et les managers sont restreint à 500 dollars.

Qui aurait pu croire qu'une telle discipline financière serait mise en place avec l’arrivée de l’homme le plus riche du monde à la tête de Twitter?

Pierre Monnier