BFM Business

SFR: les deux employés adeptes de Periscope ont été licenciés

Deux salariés de SFR détruisant un smartphone en direct dans une boutique de l'opérateur.

Deux salariés de SFR détruisant un smartphone en direct dans une boutique de l'opérateur. - 01net

Parce qu’une abonnée s’était montrée trop pressante, deux salariés de l’opérateur ont jeté à terre son téléphone en se filmant et en diffusant la vidéo en direct. Les coupables ont été retrouvés et licenciés.

La réaction a été quasiment immédiate. Après la diffusion par deux de ses salariés d'une vidéo montrant en direct la destruction du smartphone déposé pour réparation par une cliente qualifiée de "casse-couille", l'opérateur avait annoncé avoir porté plainte et identifié les deux fautifs... qui ont été licenciés dans la foulée, révèle-t-il sur son compte Twitter.

Les deux salariés indélicats avaient filmé leurs exploits sur Periscope depuis la boutique de Villeneuve d'Ascq où ils travaillaient. Ravis de voir que d'autres internautes se connectaient pour les regarder régler leurs comptes, ils ont parié que si 50 personnes suivaient leur direct, ils casseraient l'appareil pour se venger du comportement de l'abonnée. 

Le nombre a été vite atteint et ils ont aussitôt jeté par terre le téléphone, ce qui a eu pour effet de le briser. "Tu diras que le constructeur l'a renvoyé comme ça", a lâché le leader de l'opération en guise de conclusion.

Outre la naïveté des deux employés qui n'ont pas pensé aux conséquences de leur geste, l'incident prouve que cette application est maintenant bien installée dans le paysage numérique français et que sa popularité ne faiblit pas, plus d'un an après son lancement.

Cet épisode laisse tout de même perplexe sur le sérieux des collaborateurs qui travaillent dans les boutiques des opérateurs. Et l'on peut se demander si ce genre de pratique visant à punir des clients survient régulièrement. 

L'opérateur nous a contacté pour nous signaler que "la cliente a bien entendu été dédommagée", nous a informé SFR.

Amélie Charnay