BFM Business

Royaume-Uni: chez Amazon, des millions d'invendus neufs détruits chaque année

Un entrepôt Amazon.

Un entrepôt Amazon. - Denis Charlet - AFP

Dans un entrepôt britannique d'Amazon, des employés ont été surpris en train d'envoyer des dizaines de milliers de stocks au rebut. Il s'agit, en grande partie, de matériel électronique neuf.

Dans une vidéo réalisée en caméra cachée, le média anglais ITV News a révélé, ce 21 juin 2021, l'ampleur de la destruction des stocks d'invendus chez Amazon au Royaume-Uni.

"Notre objectif était d'envoyer (en destruction, ndlr) jusqu'à 130.000 objets par semaine" précise un ancien employé du centre de Dunfermline, l'un des 24 du pays. Parmi les produits jetés, il évoque "des ventilateurs Dyson, des aspirateurs, des produits Apple ou encore 20.000 masques chirurgicaux encore sous plastique"

Des frais de stockage qui grimpent

Sur une semaine d'enquête réalisée en caméra cachée, ITV News a eu accès à des documents mentionnant 124.000 produits portant la mention "destruction", contre 28.000 portant la mention "donation".

Comme le rappelle ITV, le modèle économique d'Amazon n'est pas étranger à cet immense gâchis. Le groupe héberge les produits de centaines de vendeurs qui utilisent sa "marketplace", en leur facturant des frais de stockage de plus en plus importants à mesure que le temps passe. Pour l'entreprise de Jeff Bezos, le but est de ne pas allouer d'espace à des produits peu populaires.

Pour les vendeurs, dont la seule alternative serait de récupérer les produits à leurs frais, il est souvent plus rentable de demander à Amazon de les détruire. Or, la grande majorité de ces stocks d'invendus sont évidemment neufs. Dans les rares cas où il s'agit d'objets retournés par un client, ils sont, dans le pire des cas, en très bon état.

Pratique interdite en France

En Angleterre, cette pratique n'est pas officiellement illégale. La situation est différente en France. En janvier 2019, la découverte de méthodes similaires dans un entrepôt d'Amazon à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a été diffusée dans l'émission Capital (M6).

Brune Poirson, alors secrétaire d'Etat à la Transition écologique, avait dès lors annoncé la création d'une loi interdisant ce type de pratiques pour les invendus non-alimentaires. Cette dernière a été adoptée le 25 septembre 2019. Le texte oblige ainsi le fournisseur au réemploi, don et recyclage des invendus. Par ailleurs, la firme avait annoncé l'automatisation des dons de ses stocks d'invendus en France dès 2020.

Victoria Beurnez