Tech&Co
Tech

Pornographie en ligne: un rapport pointe les limites des systèmes de vérification d'âge

Bannière du site pornographique Pornhub

Bannière du site pornographique Pornhub - Ethan Miller © 2019 AFP

Plusieurs grands sites pornographiques sont actuellement menacés de blocage à la suite d'une mise en demeure du CSA. Mais aucune solution de protection des mineurs ne semble satisfaisante.

C'est un document qui date de 2019, mais qui revient largement sur l'actualité, avec la récente menace de blocage des plateformes Pornhub, Tukif, Xhamster, Xvideo, Xnxx par l'Arcom (nouveau nom du CSA depuis le 1er janvier 2022). Resté confidentiel jusqu'en décembre 2021 et repéré par le site spécialisé Next INpact, un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) évoque une large partie des pistes finalement retenues par le gouvernement pour protéger les mineurs de la pornographie en ligne.

Pour rappel, l'Arcom a désormais le pouvoir de mettre en demeure tout site pornographique qui ne contrôle pas que ses visiteurs soient majeurs, ce qui est le cas de l'immense majorité des plateformes pour adultes.

L'autorité peut alors le sommer de mettre en place un système de vérification d'âge, sous peine de se voir bloquer dans toute la France et pour tous les internautes.

Efficacité discutable, risque pour la vie privée

Si le rapport de l'IGF recommandait bien de mettre en place une procédure impliquant le CSA/Arcom, il souligne les nombreuses limites concernant les solutions de vérification d'âge existantes.

Comme le soulignait la Cnil en octobre dernier, le rapport pointe le danger majeur de captation de données personnelles d'un système reposant sur le partage de documents d'identité, de coordonnées bancaires ou encore téléphoniques. Y compris en passant par des systèmes de vérification tiers.

Le document aborde par ailleurs le risque de fuites de données, mais aussi de fraude, avec des sites pornographiques malveillants qui pourraient utiliser les données collectées à des fins d'escroquerie, par exemple en utilisant la méthode du hameçonnage par email.

Tout aussi problématique: l'inefficacité de tels systèmes de vérification d'âge, là encore mentionnée dans le rapport, qui rappelle l'échec de la stratégie britannique dans le domaine.

Fin 2019, le Royaume-Uni avait en effet renoncé à imposer la vérification d'identité pour se connecter aux sites pornographiques, en raison des nombreuses critiques sur les risques pour la vie privée.

"Les moyens techniques pour contourner tout dispositif de contrôle sont nombreux et faciles d’emploi, notamment les VPN, dont certains d’entre eux sont fournis gratuitement par les principaux sites pornographiques" explique l'IGF, ajoutant que l'utilisation du VPN concernerait les mineurs, mais également les majeurs ne souhaitant pas confier leurs données personnelles à des entreprises souvent opaques et lointaines.

Face à cette impossibilité technique d'assurer un contrôle fiable et sûr de l'âge des internautes, le rapport évoque la question des outils de contrôle parental, disponibles depuis plusieurs années sur l'ensemble des ordinateurs et smartphones.

Une proposition de loi examinée le 12 janvier prochain pourrait déboucher sur une obligation pour les fabricants d'installer par défaut de tels systèmes, rappelle Next INpact.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech