BFM Tech

Des étudiants pilotent leurs drones par la pensée

-

- - University of Florida

L’Université de Floride organise la première course de drones qui ne sont pas contrôlés par une télécommande, mais par des ondes cérébrales.

« 3, 2, 1, Go ! » une course vient d’être lancée, mais pas n’importe qu’elle course. Organisée aux Etats-Unis par l’Université de Floride, il s’agit de la première course de drones pilotés par la pensée. Les concurrents mettent sur la tête un appareil baptisé BCI (Brain Computer Interface, soit une interface entre le cerveau et l’ordinateur) qui envoie des ondes cérébrales à un ordinateur portable. Un logiciel analyse ces dernières et détermine si elles correspondent à des commandes pour les transmettre au drone.

Pour déplacer un drone, les 16 pilotes se contentent, pour l'instant, de focaliser leur attention sur un cube qui s’affiche sur l’écran de l’ordinateur portable. Selon le site TechCrunch, l’Université est ainsi parvenue à faire évoluer un groupe de drones DJI Phantom à l’intérieur d’un gymnase de 9 mètres de longueur. Le terme de course cité plus haut est sans doute un peu excessif tant les machines se déplacent lentement. Cela n’égale en rien la puissance des compétitions de drones qui ont lieu actuellement aux Etats-Unis mais ces dernières utilisent, il est vrai, des télécommandes classiques.

Néanmoins, l’interface BCI est prometteuse, en particulier pour des applications médicales qui permettraient par exemple à un paralysé de faire bouger une prothèse par la pensée. Des recherches sont déjà entreprises dans ce domaine mais nécessitent d’introduire une électrode dans le cerveau afin de lire de façon plus précise les ondes cérébrales.
L’interface BCI pourrait bien entendu aussi servir pour un usage plus ludique.