BFM Tech

Avec Tango, Google va cartographier l'intérieur de tous les bâtiments

-

- - Google

Google plancherait sur un moyen de récupérer les cartes produites par tous les utilisateurs de sa technologie de cartographie 3D pour en faire une gigantesque base de données.

Le projet Tango pourrait être la vedette de la Google I/O, cette conférence pour les développeurs de Google qui va se tenir du 18 au 20 mai, et que vous pourrez suivre sur 01net.com. Selon Bloomberg, cette technologie est en passe de devenir la base d'une sorte de Street View mais pour l’intérieur de tous les bâtiments, y compris les plus ordinaires. 

Se géolocaliser sans GPS

Tango est un projet de plate-forme technologique dévoilé il y a deux ans destiné à cartographier les intérieurs en 3D, avec une marge d'erreur de moins de quelques centimètres, à partir d’un simple terminal mobile équipé d’une caméra frontale grand angle et de capteurs. Les mouvements de l’utilisateur sont suivis en temps réel, tandis que la profondeur de champ est mesurée en permanence. Ce qui permet de localiser l’appareil dans l'espace et de cartographier les espaces parcourus. Google avait même mis en avant l'usage de cette technologie pour faciliter les déplacements des mal-voyants dans des bâtiments. Désormais, c'est peut-être la réalité virtuelle que pourrait également servir le projet Tango, car le géant du Web semble avoir de plus en plus d'ambition dans ce domaine.

Pour que Tango quitte les rangs de Google ATAP et deviennent viables, des partenariats ont déjà été passés avec Lenovo ou Intel pour accélérer la mise au point et la sortie de smartphones compatibles. 01net avait d’ailleurs pu essayer un prototype de tablette Tango Lenovo lors du dernier Mobile World Congress. Dans le même temps, afin de multiplier ses usages potentiels, la plate-forme a été aussi ouverte aux programmeurs pour encourager la création d’applications et des kits de développement sont disponibles pour tous à partir de 512 euros. On peut aussi jeter un coup d’œil sur une sélection d’appli dans le Google Play, où réalités virtuelle et augmentée ont déjà la part belle.

Il est dès lors facile d'imaginer que les appareils compatibles Tango puissent permettre d'accéder à une multitude d'usages aussi bien dans des cadres culturels, comme les musées - où des informations animées pourraient s'afficher pour compléter des explications - que commerciales. Une offre spéciale pourrait s'afficher en réalité augmentée sur un étalage, par exemple. Pratique pour le commerçant, mais aussi et surtout pour Google, qui pourrait étendre son emprise publicitaire sur le monde physique.

Vers un service de cloud ouvert à tous ?

Mais pour que cette petite révolution atteigne son plein potentiel, il va falloir que Tango arrive à archiver tous les intérieurs numérisés, pour cela, il faudra que les cartes 3D produites soient facilement partageables. Or justement, toujours selon Bloomberg, Google travaillerait à rendre les données exportables vers d’autres appareils équipés de la technologie Tango.

Une personne pourrait numériser une partie de bâtiment, partager les données collectées qui seraient alors complétées par un autre utilisateur. Il ne resterait plus ensuite à Google qu’à stocker et fusionner toutes les cartes dans le cloud à partir des serveurs de la firme. L'utilisation du Cloud faciliterait en tout cas la vie des développeurs, puisqu'ils n'auraient pas forcément à intégrer les cartes dans l'application mais plutôt à pointer vers les bases accessibles en ligne. Les cartes pouvant alors être chargées au besoin et à l'envi.

Evidemment, dans un premier temps, une des applications principales pourrait être les jeux vidéo. Contrairement aux casques Oculus ou Vive, pas besoin de matériel additionnel à installer préalablement comme des bornes pour tracker l’utilisateur. On s’attend donc à ce que Google présente un projet de VR où Tango figurera en bonne place comme brique technologique... 

Amélie Charnay