BFM Tech

Netflix va peut-être bientôt proposer des films plus récents en France

Un nouvel accord sur la chronologie des médias pourrait être signé cette semaine au ministère de la culture pour raccourcir les délais de diffusion des films notamment sur les plateformes de streaming comme Netflix.

Des films sortis en salle il y a plus de 36 mois. Ce sont aujourd'hui les seuls longs métrages que Netflix peut proposer sur sa plateforme en France. Mais peut-être plus pour longtemps. Un accord modernisant la "chronologie des médias", c'est-à-dire les durées d'exploitation des films entre salles, DVD, télévision, et streaming, pourrait être signé ce jeudi entre les organisations professionnelles, après des années de discussions, a annoncé lundi le ministère de la Culture.

La ministre Françoise Nyssen a reçu ce lundi les représentants des principales organisations concernées, pour les pousser à s'entendre, en leur donnant jusqu'à ce jeudi pour valider un projet d'accord qui leur a été remis vendredi.

"On espère" qu'un accord entérinant ces propositions sera signé jeudi, a indiqué l'entourage de la ministre, faisant état d'un soutien quasi général à ces mesures. 

Raccourcir le délai à 3 mois pour le DVD

Des discussions sont en cours depuis des années entre les professionnels, pour réviser les règles actuelles qui datent de 2009, sur fond de bouleversement du secteur avec l'irruption de Netflix et des GAFA.

Le texte soumis aux professionnels, fruit notamment d'une médiation mise en place par Françoise Nyssen l'an dernier pour débloquer les discussions, prévoit globalement d'avancer et de raccourcir les différentes "fenêtres" d'exploitation des films selon les différents supports, avec un régime accéléré (via une dérogation), pour les films faisant moins de 100.000 entrées durant leurs quatre premières semaines en salle.

Ainsi, la diffusion en vidéo à la demande payante ou sur DVD serait avancée à 3 mois après la sortie en salle, pour les oeuvres bénéficiant de cette dérogation (environ 68% des films), au lieu de 4 mois actuellement.

17 ou 15 mois pour Netflix et Amazon

Ensuite, les fenêtres suivantes seraient toutes avancées, avec des périodes d'exclusivité réduites : les chaînes payantes (comme Canal+) qui doivent attendre 10 à 12 mois après la sortie pour diffuser des films, pourraient le faire au bout de 8 mois (6 en cas de dérogation), avec une exclusivité ramenée de 12 à 9 mois. Même chose pour la 2e diffusion par une chaîne payante, possible à partir de 17 ou 15 mois (si dérogation), puis pour la diffusion par une chaîne gratuite qui commencerait 22 mois (ou 20) après la sortie, au lieu de 28 mois.

Enfin donc, les plateformes de vidéos sur abonnement (comme Netflix, Amazon...) qui doivent attendre 36 mois après la sortie en salle, pourraient diffuser des films à partir de 17 mois (ou 15) si elles se comportent en acteurs "vertueux", c'est à dire qu'elles prennent des engagements d'investissement dans la production comparables aux chaînes disposant de la même fenêtre.

Si elles se contentent d'engagements moins lourds, elles pourraient les diffuser après 30 mois (ou 28). En l'absence totale d'engagements, elles resteront privées de diffusion jusqu'à 36 mois. Enfin les plateformes gratuites (type Youtube) verraient leur fenêtre avancée de 48 à 44 mois.

AFP