BFM Tech

La 5G "extrêmement consommatrice d’énergie", selon Julien Bayou (EELV)

Julien Bayou, le 17 avril 2019 à Paris

Julien Bayou, le 17 avril 2019 à Paris - JOEL SAGET

Selon le secrétaire national du groupe Europe Ecologie Les Verts (EELV), la 5G serait "extrêmement consommatrice d'énergie". Mais il n'existe pas de consensus scientifique sur le sujet.

Le secrétaire national du groupe Europe Ecologie Les Verts (EELV), Julien Bayou, a affirmé mercredi au micro de France Inter que la 5G était "extrêmement consommatrice d'énergie".

"Notre enjeu sur la 5G, c'est qu'elle est extrêmement consommatrice d'énergie. Pourquoi? Pour regarder plus vite la pub? Est-ce que c'est ça l'enjeu? Là où, par contre, il y a des territoires qui ne sont absolument pas encore desservis par Internet", a affirmé Julien Bayou.

Celui qui est aussi conseiller régional d'Île-de-France défend l’idée d’un "moratoire" comme demandé par la Convention citoyenne pour le climat et souhaite "approfondir le débat" sur cette technologie. L'Arcep, le gendarme français des télécoms, en charge d'attribuer les fréquences 5G aux opérateurs dès cette année, n'a pas communiqué officiellement sur le sujet. Il n'y a pas non plus de consensus scientifique sur la question.

Stéphane Richard, le patron d'Orange, affirmait à nos confrères de 01net qu'à "usage constant, la 5G ne consommera pas plus d'énergie que la 4G". D'autres pensent même qu'elle consommera moins car les antennes n'émettront qu'à la demande, quand elles seront sollicitées par les terminaux.

Toujours est-il que pour les détracteurs de cette technologie, renouveler tout le parc des antennes réseau pour permettre le déploiement de la 5G aura forcément des conséquences négatives pour l'environnement. Cette étape pourrait contribuer à "l'épuisement des ressources non renouvelables comme l'eau et les énergies fossiles" et "à la pollution de l'eau", selon Frédéric Bordage, fondateur du site Green IT.fr, toujours à 01net.

En France, la 5G devrait débarquer en 2020. Le calendrier dépend des attributions des fréquences aux opérateurs, orchestrées par l'Arcep, le gendarme des télécoms. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat à l'Economie, a confirmé mardi lors d'une séance de questions au gouvernement que les enchères visant à attribuer ces fréquences seraient bien lancées en septembre.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech