BFM Business

Inscriptions à la vaccination: quelles données seront collectées par Doctolib, Maiia et Keldoc ?

Une aiguille et une fiole du vaccin Pfizer/BioNTech.

Une aiguille et une fiole du vaccin Pfizer/BioNTech. - Bertrand Guay

Le gouvernement va s’en remettre à ces trois plateformes privées pour coordonner les prises de rendez-vous de la grande campagne de vaccination qui s'annonce.

Alors que la campagne de vaccination "grand public" pour les plus de 75 ans va débuter le 18 janvier, les premiers créneaux de prise de rendez-vous sont d'ores et déjà visibles en ligne. Pour faciliter les inscriptions, le gouvernement s'en est remis à trois grands acteurs privés bien connus du secteur médical: la licorne française Doctolib, Maiia, une filiale du groupe d'informatique médicale Cegedim, et Keldoc.

En avance sur le calendrier officiel, Doctolib aura été le premier service à rendre ces créneaux visibles. La plateforme fait apparaître des horaires de vaccination espacés de dix minutes chacun. Les inscriptions sur Maiia et Keldoc pourront, elles, se faire à compter de ce jeudi. Durant cette première phase de vaccination qui s'ouvre, seuls les plus de 75 ans pourront prendre rendez-vous, avant que le dispositif soit ouvert au plus grand nombre.

Près de 42 millions d'utilisateurs de Doctolib

Le dispositif a été pensé pour permettre aux volontaires à la vaccination de prendre facilement rendez-vous dans le centre de vaccination le plus proche, et ce pour les deux injections à réaliser. Un SMS de rappel est prévu tout comme un email de suivi après les injections. Les centres de vaccination seront de leur côté directement reliés à une des trois plates-formes à travers des applications informatiques dédiées.

Sur Twitter, et quelques heures seulement après l'annonce de ce partenariat, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé une forme de privatisation des données de santé des Français. "Une entreprise privée pourra donc ficher toute personne passée par ses mains", a ainsi avancé le numéro un de la France Insoumise.

En réalité, les données réclamées pour s'inscrire à un premier rendez-vous de vaccination seront strictement les mêmes que celles demandées pour toute autre consultation médicale. A une différence près: l'âge du patient devra être renseigné, pour s'assurer qu'il fasse bien partie de la catégorie de population éligible à la vaccination.

Cette initiative a pour but premier de rendre l'inscription à la vaccination aussi simple que la réservation d'un rendez-vous médical. Ce réflexe s'est inscrit dans le quotidien des Français. Doctolib rappelle que près de 42 millions d'entre eux ont régulièrement recours à la plateforme. Les patients déjà inscrits sur la plateforme pourront utiliser le même compte pour s'inscrire à la vaccination.

Et Vaccin Covid ?

La campagne de vaccination fera bel et bien l'objet d'un suivi. Les médecins auront pour obligation de remplir une base de données baptisée "Vaccin Covid" via un espace sécurisé accessible sur la plateforme AmeliPro. Ils toucheront 5,40 euros pour chaque personne inscrite dans ce fichier. Y figureront notamment le nom du patient, son numéro de Sécurité sociale, son état de santé, une preuve de son consentement puis des informations concernant la vaccination elle-même (date, lieu, produit administré, bras dans lequel a été réalisée l’injection)…

Autant de données couvertes par le secret médical et auxquelles n’auront accès que les "professionnels de santé réalisant la consultation préalable et/ou la vaccination", le "médecin traitant de la personne vaccinée (…) sous réserve du consentement de celle-ci" et "d’autres structures publiques telles que la Caisse nationale d’assurance-maladie ou l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé", a assuré la Cnil dans une récente note d’information.

TousAntiCovid, un temps évoquée comme moyen de centraliser les inscriptions pour les vaccins, est finalement restée sur la touche. Sa connexion aux différentes plateformes de rendez-vous aurait nécessité un développement long et complexe, incompatible avec l’urgence de la campagne de vaccination. Les personnes âgées, ou peu familiarisées avec les trois plateformes privées retenues, pourront s'en remettre au site officiel mis en place par le gouvernement, Santé.fr. Ou opter pour le simple appel téléphonique, directement adressé aux centres de vaccination.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech