BFM Business

Gazprom-Media et la fille présumée de Vladimir Poutine vont lancer un "Tik Tok" russe

Sur leur smartphone, les Français profitent de l'heure du déjeuner et de la première partie de soirée pour chercher un emploi.

Sur leur smartphone, les Français profitent de l'heure du déjeuner et de la première partie de soirée pour chercher un emploi. - Jan Vasek- CC

La filiale du géant gazier russe va lancer avec une fondation dirigée par Katerina Tikhonova une application de courtes vidéos pour concurrencer l'application chinoise star.

La holding Gazprom-Media, contrôlée par le géant gazier russe, va lancer une application sur le modèle de Tik Tok, a déclaré mercredi le patron du groupe dans une interview au quotidien Kommersant.

Le groupe va lancer ce service à partir d'une application nommée "Ya Molodets" ("Je suis super") récemment acquise, a déclaré Alexandre Jarov. L'application "Ya Molodets" a été développée avec le soutien de la fondation Innopraktika, a précisé Alexandre Jarov.

Cette fondation est dirigée par Katerina Tikhonova, qui selon plusieurs enquêtes médiatiques et le gouvernement américain est la fille de Vladimir Poutine. Le président russe est d'une discrétion absolue sur ses deux filles et n'a formellement pas été vu en public avec elles.

Gazprom-Media va "utiliser le logiciel du projet pour accélérer la création d'un nouveau service vidéo destiné aux blogueurs russes", et qui doit être lancé d'ici deux ans, a précisé Alexandre Jarov.

L'application permettra de partager de courtes vidéos verticales à l'image de Tik Tok, réseau social chinois prisé des adolescents. Alexandre Jarov a pris les rênes de la holding cette année, après avoir dirigé le régulateur russe des médias Roskomnadzor, à l'origine notamment du blocage raté de la messagerie cryptée Telegram en Russie.

Moderniser Rutube

Contrôlée par le géant gazier public Gazprom, la holding Gazprom-Media est notamment propriétaire des chaînes Piatnitsa et Match-TV. Plus tôt ce mois-ci, Alexandre Jarov avait déclaré que Gazprom-Media allait lancer en 2021-2022 deux sites similaires à YouTube, l'une pour les vidéos longues, sur la base du site Rutube (que détient le groupe).

Il a indiqué que le groupe travaillait depuis "environ un an, pour moderniser (la plateforme Rutube), la rendre pas pire que YouTube en termes d'outils". Il avait alors également évoqué la possible naissance d'une deuxième plateforme pour les vidéos courtes.

Ces dernières années, YouTube est devenue la plateforme privilégiée par de nombreux jeunes Russes pour s'informer. Les vidéos de star du web Iouri Doud, connu pour ses documentaires coup-de-poing, ou de l'opposant Alexeï Navalny, y engrangent jusqu'à des dizaines de millions de vues.

Les autorités ont renforcé ces dernières années le tour de vis sur l'internet russe au nom de la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme. L'opposition dénonce en revanche une tentative de maîtriser le débat politique et d'étouffer les voix trop critiques.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco