Tech&Co
Tech

Elon Musk évoque 20 à 50% de faux comptes sur Twitter, s'éloignant d'un potentiel rachat

Le patron de Tesla Elon Musk, le 14 mars 2019 à Hawthorne, en Californie.

Le patron de Tesla Elon Musk, le 14 mars 2019 à Hawthorne, en Californie. - Frederic J. BROWN © 2019 AFP

Le milliardaire multiplie les remises en cause des chiffres fournis par l'entreprise qu'il souhaite racheter, ainsi que les moqueries concernant son dirigeant.

Le projet de rachat de Twitter par Elon Musk sera-t-il bientôt de l'histoire ancienne? Ce scénario est chaque jour de plus en plus probable, alors que l'homme d'affaires a fait de l'existence des faux comptes son obsession depuis quelques jours. Lors d'une conférence organisée en Floride (Etats-Unis) ce 16 mai, Elon Musk a évoqué le chiffre de 20% de faux comptes sur la plateforme.

Une mesure bien éloignée de celle que partage l'entreprise depuis une dizaine d'années: depuis 2013, cette dernière explique systématiquement qu'il y a moins de 5% de faux comptes recensés selon sa méthode de calcul, en admettant toutefois que son décompte pourrait être erroné.

Cette bataille autour des faux comptes est l'un des sujets majeurs aux yeux d'Elon Musk. D'une part en raison de leur impact sur l'expérience des utilisateurs, d'autre part en raison du risque de tromperie qu'ils impliquent sur le véritable nombre d'humains exposés aux publicités de la plateforme, donc sur le réel potentiel financier de cette dernière.

Emoji crotte

Ce 17 mai au matin, Elon Musk a été plus loin, appuyant un tweet qui évoque quant à lui un chiffre de 50% de faux comptes. Dans un message publié quelques minutes plus tôt, il a annoncé que le projet de rachat ne "pourrait pas avancer" tant que l'entreprise ne fournirait pas l'ensemble des données permettant d'arriver au chiffre de 5% de faux comptes.

Ce commentaire fait suite à un houleux échange, ce 16 mai, avec Parag Agrawal, l'actuel dirigeant du réseau social.

Afin de lever certains doutes sur ce chiffre des 5%, ce dernier a publié une série de 13 tweets pour préciser la politique de lutte contre les faux comptes Twitter, évoquant les nombreuses difficultés rencontrées dans ce cadre. Un laïus conclu par un message laconique d'Elon Musk, affichant un simple émoji en forme de crotte.

Cette bataille de communication pourrait à elle seule mettre à mal l'accord entre Elon Musk et les actionnaires de Twitter. Selon les termes du projet de rachat, l'homme le plus riche du monde ne peut dénigrer les salariés de l'entreprise, à commencer par ses dirigeants. Ce qu'il a pourtant déjà fait à plusieurs reprises.

S'il venait à se rétracter, Elon Musk risquerait une pénalité d'un milliard de dollars. Surtout, il pourrait par la suite être poursuivi en justice par les actionnaires actuels et être condamné à payer une somme bien plus importante en dommages et intérêts.

La stratégie pour le moins chaotique d'Elon Musk pourrait s'expliquer par le risque que fait peser ce rachat sur son entreprise phare, Tesla. Alors qu'il s'est engagé fin avril à verser 44 milliards de dollars pour s'offrir l'intégralité des parts du réseau social, Musk est contraint de gager une part importante d'actions Tesla pour financer l'opération. Des actions qui ont perdu 30% de leur valeur en trois semaines.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech