BFM Business

Données personnelles: la Cnil ouvre une enquête sur l'application Clubhouse

Clubhouse fait office de radio collaborative de poche.

Clubhouse fait office de radio collaborative de poche. - Getty images

L'enquête devra déterminer si l'application au succès grandissant est conforme au RGPD, le règlement européen en vigueur sur la protection des données.

Elle fonctionne exclusivement sur iPhone et sur invitation mais pourrait s'avérer gourmande en données personnelles. La Cnil annonce ce 17 mars avoir lancé une enquête sur l'application Clubhouse, un réseau social de discussions audio, après avoir été saisie d'une plainte.

La Cnil a plus spécifiquement interrogé le 12 mars dernier la société américaine Alpha Exploration CO., Inc., éditrice de l’application "Clubhouse", sur les mesures prises pour respecter le RGPD.

"La Cnil a ainsi ouvert une instruction et effectué des premières vérifications qui révèlent que cette société n’a aucun établissement dans l’Union européenne", peut-on lire dans le communiqué du gendarme des données personnelles.

Une pétition contre Clubhouse

L’enquête doit permettre de confirmer que le RGPD est bel et bien applicable à la société et de "déterminer s’il est méconnu". S’il était confirmé que l’application venait enfreindre le RGPD, la Cnil pourrait envisager des sanctions, dont de lourdes amendes.

Clubhouse a ces derniers jours été critiquée pour le transit des flux audio sur des serveurs chinois ainsi que pour son accès systématique au répertoire de ses utilisateurs. L'application a dû revenir sur ce dernier paramètre et donne désormais la possibilité d'accepter, ou non, l'accès aux contacts.

Une pétition circule actuellement pour alerter la Cnil sur de possibles atteintes à la vie privée par l’application Clubhouse. Elle rassemble plus de 12.000 signatures. Dans un courrier adressé à la Cnil le 4 mars, Paula Forteza, députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes, s'inquiétait notamment du partage des données du carnet d'adresses constaté sur Clubhouse mais aussi de l'enregistrement des conversations ou encore de transferts de données aux Etats-Unis.

L'application, qui a été téléchargée plus de 11 millions de fois dans le monde, garde une audience confidentielle en France. Elle culminerait à près de 100.000 téléchargements. Son succès a toutefois poussé de grands réseaux sociaux, comme Twitter, à proposer des fonctions concurrentes.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech