BFM Business

Des députés insoumis s’attaquent à Starlink, l’offre internet par satellite d’Elon Musk

Le projet Starlink entend proposer une connexion à internet très haut débit grâce à la mise en orbite de quelque 42.000 satellites au cours des prochaines années

Le projet Starlink entend proposer une connexion à internet très haut débit grâce à la mise en orbite de quelque 42.000 satellites au cours des prochaines années - AFP

Plusieurs députés du groupe La France Insoumise, dont Jean-Luc Mélenchon, ont déposé un amendement au projet de loi contre le dérèglement climatique, afin de bloquer le déploiement du réseau par satellite d'Elon Musk.

La France Insoumise (LFI) souhaite bloquer le réseau Starlink, mis au point par SpaceX, l’entreprise de l’Américain Elon Musk. Comme l’ont repéré nos confrères du site Numerama, 17 députés du groupe LFI ont déposé un amendement au projet de loi contre le dérèglement climatique, visant explicitement le service d’internet par satellite prochainement commercialisé en France. Ils demandent un moratoire et une consultation nationale sur le sujet.

“Un moratoire sur le déploiement de Starlink sur le territoire français est décrété. Ce projet ne pourra être relancé qu’à la condition d’un avis favorable de la population française, résultant d’une consultation nationale menée à travers tout le territoire français pendant au moins un an” précise le texte, qui n’a toutefois que peu de chances d’être adopté par la majorité parlementaire.

42.000 satellites

Menés par Jean-Luc Mélenchon, les députés insoumis souhaitent ainsi que le texte qui sera débattu au Parlement à la fin du mois mette en suspens le déploiement de Starlink dans l’Hexagone. Fin février, l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a autorisé l’utilisation de fréquences télécoms par l’entreprise.

Déployé depuis 2018 (et disponible en version bêta pour quelques clients), le projet Starlink entend proposer une connexion à internet très haut débit grâce à la mise en orbite de quelque 42.000 satellites au cours des prochaines années.

Placés en orbite basse, ces satellites permettront selon Elon Musk des débits proches de ceux d’une fibre optique, avec une très faible latence, partout dans le monde. Une offre qui se veut complémentaire à celles des opérateurs, notamment dans les zones rurales.

Dans l’amendement déposé ce 3 mars, les députés LFI évoquent les effets collatéraux de ce très large déploiement, souvent évoqués par les opposants au projet: une pollution visuelle pour les astronomes et le risque de la création de nombreux débris à l’avenir.

“L'utilisation privée et lucratique (sic) de l'espace, res nullus dans la tradition républicaine, tout comme les grands choix technologiques ne doivent pas faire l'économie d'un débat large, éclairé et partagé” justifie l’exposé de l’amendement.

Un texte qui, même adopté, n’aurait pas d’incidence sur les projets mondiaux d’Elon Musk, mais empêcherait simplement la commercialisation du service dans l’Hexagone.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech