BFM Business

Windows 10 : Microsoft tente d’apaiser la CNIL après sa mise en demeure

-

- - Microsoft

Accusée par l’autorité française de collecte excessive des données, la firme annonce qu’elle va revoir sa copie tout en affirmant protéger déjà solidement les informations personnelles de ses clients.

Microsoft était mis hier en demeure de modifier son système d’exploitation Windows 10 dans un délai de trois mois pour le rendre conforme à la Loi Informatique et Libertés. 24 heures après, la réponse de l'entreprise américaine tombe enfin. Contrairement à un Google ou un Facebook toujours prêts à contester en bloc ce genre de procédure, Microsoft fait plutôt profil bas.

"Nous allons travailler étroitement avec la CNIL durant les mois qui viennent pour comprendre les préoccupations de l’agence et travailler à des solutions qu’elle trouvera acceptable", déclare David Heiner, vice-président de Microsoft en charge des questions juridiques. Le ton apparaît toutefois un brin hypocrite. "Nous avons intégré à Windows 10 de fortes protections des données privées, et nous apprécions ces retours tandis que nous travaillons continuellement à améliorer ces protections ", n’hésite ainsi pas à énoncer encore David Heiner.

Microsoft va mettre à jour les règles de confidentialité de Windows 10

On doute cependant que Microsoft ne découvre qu'aujourd’hui que son système d’exploitation ne respecte pas le cadre réglementaire européen. La société sait, bien entendu, déjà que ses utilisateurs sont ciblés publicitairement sans leur consentement, que la saisie du code PIN n’est pas sécurisée ou encore que son service de télémétrie permet de connaître toutes les applications téléchargées ainsi que le temps passé dessus et ce, en totale infraction avec la loi française.

Microsoft ne conteste pour le moment aucun argument, se contentant de commenter longuement un seul d'entre eux : elle transfère effectivement toujours les données des utilisateurs français sur des serveurs américains en suivant le cadre du Safe Harbour qui n’a plus cours. La firme annonce toutefois qu’elle va bientôt adopter le Privacy Shield, le nouvel accord bilatéral conclu entre les Etats-Unis et l’Union européenne après le lancement de Windows 10. En conséquence, les règles de confidentialité du système d'exploitation seront mises à jour dès le mois prochain.

Amélie Charnay