BFM Business

Un bug chez Micromania permettait d'acheter une PS4 à 40 euros

-

- - Sony

À cause d'un bug présent sur l'application Micromania, des utilisateurs ont pu acheter des consoles de jeux vidéo pour un prix dérisoire. Mais ils pourraient bien devoir rendre les produits.

A l’approche de Noël, ce bug aurait pu avoir de lourdes conséquences. Grâce à une manipulation assez simple, des Français ont pu acheter des consoles PS4 ou Nintendo Switch à moins de 50 euros sur l’application Micromania, iOS comme Android. Découvert le 29 octobre, le bug a été corrigé deux jours plus tard par l'enseigne spécialisée dans la vente de consoles et jeux vidéo.

Désormais caduque, l'opération consistait à remplir son panier d'achat uniquement avec des produits profitant de réductions "bonus". Par exemple, en achetant le pack PS4 + Fifa 19, Micromania offre 60 euros de remise immédiate sur le jeu Call of Duty. En réitérant la manœuvre, le montant des remises augmente. Jusque là, rien d’anormal: la valeur totale du panier s’élève à plusieurs centaines d’euros.

Micromania
Micromania © BFMTV

Mais grâce à une dernière manipulation, l'application Micromania "oubliait" d'annuler la valeur totale de la ristourne. Grimpant à plusieurs centaines d'euros, ces réductions s'appliquaient alors à un seul produit - en l'occurence une console de jeu - rendant son prix final dérisoire. Un acheteur confirme à BFM Tech avoir payé une PS4 40 euros au lieu de 349 euros, ce qui équivaut à une réduction de près de 90%.

Les utilisateurs ont ensuite reçu une facture avec le montant qu’ils auraient dû payer. Si certains ont récupéré leurs achats sans rencontrer de problème, d'autres ont été débités alors qu'ils n'ont pas reçu de confirmation de leur commande. 

Que risquent les fraudeurs?

Selon le code de la consommation, tout vendeur est tenu de commercialiser un produit au prix affiché, même si la différence avec le prix d’origine procède d’une erreur d’étiquetage. Si le prix affiché est dérisoire, le vendeur peut en revanche requérir la nullité de la vente. En 2013, la Fnac avait ainsi commercialisé par erreur des Nintendo 3DS à 60 euros au lieu de 184,9 euros. L’enseigne avait ensuite déclaré que les commandes ne pourraient être honorées en raison du trop grand écart de prix. 

Dans le cas du bug de l'application Micromania, les utilisateurs semblent faire face à un prix dérisoire. A cela, s'ajoute la manipulation volontaire destinée à tromper l'enseigne. 

"Il existe une obligation générale de bonne foi dans l'exécution des contrats. Si un cocontractant effectue des actions ou autres manoeuvres pour "tromper le système", un tribunal pourrait reconnaître l'existence d'un dol (erreur provoquée par un stratagème ou une manoeuvre). Dans ce cas, le commerçant pourrait demander la nullité de la vente ou des dommages et intérêts" avertit Céline Avignon, avocate en charge du département Publicité et Marketing électronique au cabinet Lexing Alain Bensoussan. Pour les acheteurs, il faudra peut-être rendre les consoles.

Mise à jour du 06/11/2018 à 11h21: les détails concernant la dernière manipulation à effectuer ont été supprimés.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech