BFM Tech

Sur TikTok, des adolescents imitent sans le savoir la danse d'un dangereux gang américain

-

- - Montage BFMTV.com

Des adolescents s'amusent à effectuer sur TikTok le "Crip-Walk", un mouvement qui consiste à faire des Z avec ses pieds. Visiblement sans savoir qu'il a été créé par le gang des Crisps, l'un des plus violents des Etats-Unis.

Dans le microcosme TikTok, tout le monde danse, chante et réalise des "challenges". Parfois sans connaître la genèse du défi devenu viral. Ces dernières semaines, des dizaines de tutoriels pour apprendre le “Crip-Walk” ont été mis en ligne sur le réseau social chinois, raconte le média américain The Daily Dot. Le hashtag #cripwalk a généré 131,2 millions de vues sur TikTok. 

Un mouvement de jambes très particulier qui consiste à faire des Z avec les pieds. Mais se l’approprier n'est pas anodin. Le Crip-Walk est né dans les années 1970, créé par les membres des Crips, un gang de Los Angeles considéré comme l'un des plus violents des Etats-Unis. 

TikTok Crip-Walk
TikTok Crip-Walk © Capture d'écran TikTok

Les utilisateurs de TikTok ne semblent pas le savoir. Tout sourire, ils réalisent le Crip-Walk comme ils le feraient pour n’importe quelle danse. 

TikTok
TikTok © Capture d'écran TikTok

"Si vous faisiez le Crip-Walk devant des vrais Crips, ils vous tueraient"

Plusieurs vidéos d’avertissement ont été publiées par des internautes qui expliquent que réaliser ce mouvement de danse n'est pas anodin. 

“Salut les white kids, je vous aime [...] mais ça m’inquiète de voir que vous réalisez le Crip-Walk sans savoir réellement à quoi cela fait référence. Si vous le faisiez devant des vrais Crips, des membres du gang, ils vous tueraient”, prévient l'un d'eux

D’autres tendances sur TikTok ont déjà fait l’objet de critiques, comme le mème “whew chile the ghetto” utilisé par des jeunes pour montrer ce qu’ils trouvaient nul, ringard ou bas de gamme. La citation avait été prononcée par une protagoniste de l’émission de téléréalité Real Housewives, qui met en scène des femmes très riches. L’utilisation du mot “ghetto” par des jeunes issus de milieux aisés avait été vivement critiquée, parfois jugée raciste.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech