BFM Business

Sa mère lui confisque son smartphone, elle affirme tweeter depuis le frigo connecté

Le frigo connecté LG ThinQ

Le frigo connecté LG ThinQ - LG

The Guardian a pu échanger avec la jeune fille dont les tweets étaient très relayés début août. Une histoire loufoque, peut-etre pas si réelle....

Et s'il ne suffisait plus de faire de la rétention de téléphone pour punir son enfant? Une adolescente de 15 ans, privée de son smartphone par sa mère, affirme avoir trouvé d’autres moyens pour joindre ses fans Twitter début août, comme utiliser son frigo connecté.

The Guardian a réussi à entrer en contact avec la jeune femme, en communiquant avec elle via l’iPad de son cousin. Il est difficile de démêler le vrai du faux sur Twitter, ce qui explique en partie que la polémique soit évoquée seulement quelques semaines après par la presse britannique. 

"Elle m’a confisqué mes appareils électroniques pour que je prête plus d’attention à ce qui m’entoure", explique Dorothy au quotidien britannique. L’adolescente avait été punie pour avoir causé un incendie pendant qu'elle cuisinait parce qu'elle était distraite. 

Par peur de perdre des followers, elle se serait connectée sur sa console WiiU pour publier un message le 6 août: "salut, ma mère est au travail alors je cherche mon téléphone. Souhaitez-moi bonne chance".

Mais la mère s’en serait rendue compte et aurait alors prévenu que le compte allait bientôt être supprimé. Deux jours après le premier message, sa fille affirme finalement se tourner vers son frigo connecté LG.

Les tweets de Dorothy sont rapidement devenus viraux et le compte officiel du réseau social (56,4 millions d’abonnés) a réagi en commentant #FreeDorothy. Ainsi que LG, dont le frigo avait été utilisé par l’adolescente.

Mais les experts interrogés par le Guardian doute de la véracité de cette histoire. Dorothy aurait notamment été trahie par les métadonnées. Pour Igor Brigadir, un chercheur de l'université de Dublin, le tweet s'affichant comme provenant du réfrigérateur a été "créé manuellement" et il s'agit donc d'un faux. Interrogée à nouveau par le Guardian, Dorothy n'a pas répondu.

Cet article a été mis à jour le 16 août avec les nouvelles informations du Guardian doutant de la véracité des affirmations de Dorothy. 

Pauline Dumonteil