BFM Business

Non, les jeux vidéo violents ne rendent pas les adolescents agressifs

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

Pour évaluer le niveau d’agressivité des adolescents, les chercheurs ont combiné des données subjectives fournies par les adolescents et objectives, grâce aux observations de leurs parents.

Il suffit de taper les mots "agressivité" et "jeux vidéo violents" sur un moteur de recherche pour s’en rendre compte. Personne, ni même les chercheurs, ne sont d’accord sur un éventuel lien de cause à effet entre violence à l’écran et dans la réalité. Mais une nouvelle étude, publiée sur la revue scientifique Royal Society Open Science, donne enfin un éclairage plus tangible.

Les chercheurs britanniques qui l’ont menée déclarent ne pas avoir réussi à établir de corrélation entre les jeux vidéo violents et le comportement agressif des adolescents. Mais selon eux, cela ne signifie pas pour autant que certains mécanismes ou situations du jeu ne provoquent pas de sentiments ou de réactions de colère chez les joueurs. 

Un méthodologie rigoureuse et objective 

Cette étude marque un tournant car sa méthodologie est bien meilleure que les précédentes. Pour évaluer le niveau d’agressivité des jeunes, les chercheurs ont combiné les réponses subjectives de 1.000 adolescents de 14 et 15 ans, avec celles de leurs parents ou des personnes chargées de leur éducation. Mais surtout, plutôt que de déterminer eux-mêmes quel jeu est violent, les chercheurs se sont appuyés sur la classification officielle européenne, le Pan European Game Information (PEGI) et américaine, l’Entertainment Software Rating Board

Les spécialistes espèrent que leur méthodologie pourra être appliquée à d'autres études pour déconstruire des idées préconçues. Comme "les réseaux sociaux rendent dépressifs". Ces sujets qui suscitent des inquiétudes technologiques doivent être étudiés plus rigoureusement "si nous voulons parvenir à une compréhension réelle de la dynamique et des impacts positifs et négatifs de la technologie dans la vie des gens", concluent les chercheurs.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech