BFM Business

Le pass Culture du gouvernement permet d'acheter des jeux vidéo

Comme prévu, il est possible d'acheter des jeux vidéo dématérialisés avec le pass Culture, dans la limite de 200 euros. Mais peu de titres devraient être disponibles, car les éditeurs n'en tirent aucun revenu.

"Le jeu vidéo est un art", a soutenu vendredi Franck Riester, ministre de la Culture. Au même titre que le cinéma, le théâtre ou la littérature, le jeu vidéo est inclus dans le pass Culture. Ce projet phare du gouvernement entend faciliter l’accès à la culture pour tous les jeunes dans l’année de leur majorité en leur offrant un budget de 500 euros. Il est entré en phase de test vendredi dans cinq départements (la Seine-Saint-Denis, le Bas-Rhin, l’Hérault, le Finistère et la Guyane).

Le gouvernement n'a jamais caché sa volonté d’inclure le jeu vidéo dans le pass Culture. Pourtant, la déclaration du ministre de la Culture étonne.

"Existe-t-il une sélection de jeux vidéo? Ou des ados pourront-ils vraiment s'offrir GTA (Grand Theft Auto, NDLR) avec de l’argent public?", s’insurge sur Twitter Eugénie Bastié, essayiste conservatrice et journaliste au Figaro.

Non, les bénéficiaires du pass Culture ne pourront pas s'offrir n'importe quel jeu. "Tous les titres disponibles via cette offre doivent répondre aux mêmes règles d’éligibilité que pour le crédit d’impôt jeu vidéo qui a un barème très complexe", détaille Lévan Sardjevéladzé, président du Syndicat national du jeu vidéo (SNJV). Les jeux doivent notamment être réalisés par des auteurs Français ou européens. GTA ne devrait donc jamais être disponible sur le pass car il est produit par le studio américain Rockstar.

Les éditeurs de jeux vidéo ne seront pas payés 

Par ailleurs, les œuvres numériques ne sont pas sujettes à une rémunération des auteurs. "Même si GTA était disponible sur le pass Culture, ce ne serait pas le gouvernement qui le payerait, mais l’éditeur ou le producteur!", ironise le président du SNJV. En effet, les éditeurs de jeux vidéo doivent distribuer des clés d'activation gratuitement à chaque jeune qui en fera la demande.

"Tout le monde ne peut pas se le permettre. C'est très dommage car si les conditions de rémunération étaient les mêmes que pour les spectacles vivants (avec un plafond par entité et par an), cela permettrait à des studios français indépendants de proposer une offre d’une très grande qualité", déplore Lévan Sardjevéladzé.

Pour éviter les abus, le gouvernement a prévu un plafond de 200 euros pour les achats d’offres culturelles en ligne, dont les jeux vidéo. Seules les pratiques artistiques et les sorties culturelles sont illimitées.

Le jeu vidéo est-il un produit culturel?

En 2016, seuls 7% des Français considéraient le jeu vidéo comme un objet culturel, selon une étude commandée par le ministère de la culture. Les inquiétudes autour du contenu de ce pass démontrent que les mentalités n'ont pas beaucoup évolué.

"Pour affirmer que les jeux vidéo ne peuvent pas être considérés comme des produits culturels, certains affirment que tel ou tel jeu ne saurait, selon eux, être considéré comme une œuvre culturelle. Ils en déduisent qu'aucun jeu vidéo ne relève de la culture! C’est un argument qui pourrait s'appliquer à d’autres genres. On pourrait par exemple déclarer que le roman de gare n’est pas de la littérature. C’est un point de vue élitiste", critique Lévan Sardjevéladzé.

Le pass Culture est entré en phase de test vendredi auprès de 10.000 jeunes de 18 ans. Selon le calendrier prévisionnel, une seconde vague d'expérimentation aura lieu à l'été 2019 avec 50.000 nouveaux bénéficiaires. Aucune date de lancement officiel n'est connue.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech