BFM Tech

Non, les emojis "pêche" et "aubergine" ne sont pas bannis de Facebook

-

- - -

Afin de lutter contre la prostitution en ligne, Facebook interdit toute sollicitation sexuelle sur la plateforme, notamment par l’utilisation de certains symboles. Mais l’immense majorité des utilisateurs peuvent utiliser tous leurs emojis préférés.

Facebook voudrait bannir plusieurs emojis - dont l’aubergine et la pêche - de son réseau social, ainsi que de sa filiale Instagram. En cause, leur détournement à des fins sexuelles, en raison de leur ressemblance avec certains organes intimes. L’information, rapportée par plusieurs médias, est pourtant en grande partie erronée. Cette rumeur fait référence aux Standards de la communauté, les règles qui encadrent l’utilisation du réseau social, qu’il s’agisse de la propagation de fausses informations, de la publication de contenus violents, ou à caractère sexuel.

Un cas très particulier

Au chapitre du “contenu répréhensible”, Facebook évoque le cas de la sollicitation sexuelle. “Nous établissons [...] une limite lorsque le contenu facilite, encourage ou coordonne les rencontres sexuelles entre adultes. Nous limitons également le langage sexuellement explicite qui peut mener à la sollicitation car certains groupes au sein de notre communauté mondiale peuvent être sensibles à ce type de contenu ou avoir un impact direct sur leur capacité à communiquer avec leurs amis et la communauté en général” explique le réseau social.

Au sein du même document, Facebook dresse la liste des contenus que les utilisateurs n’ont pas le droit de publier. Sont notamment concernées les vidéos à caractère érotique ou pornographique, qu’il s’agisse de sexe explicite ou de massages. De même, il est interdit de proposer ses services pour des relations sexuelles.

C’est dans ce cadre que Facebook aborde l’interdiction des “emojis ou des séries d’emojis généralement considérés comme sexuels ou considérés comme sexuels dans le contexte”, mais uniquement s’ils sont liés à une offre ou une demande de relations sexuelles. Dans tout autre contexte, les internautes restent donc libres d’utiliser tous les emojis disponibles, sur Facebook comme sur Instagram.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech