BFM Business

Coronavirus: des usines de fabrication de masques diffusent leur activité en direct

Un restaurant vide à Bethléem, ville de Cisjordanie bouclée. Photo prise le 7 mars 2020

Un restaurant vide à Bethléem, ville de Cisjordanie bouclée. Photo prise le 7 mars 2020 - Musa Al Shaer-AFP

En Chine, un géant de la pétrochimie a diffusé en direct des images de sa production durant tout le week-end. Le but: rassurer la population sur la capacité de l’industrie à répondre à l’épidémie.

D’après le quotidien chinois Global Times, environ 250.000 internautes ont suivi en direct les activités du géant public China Petroleum and Chemical Corporation durant le week-end. A l’image, la production de milliers de masques sanitaires N95 (capables de filtrer 95% des particules de taille supérieure à 0,3 microns) destinés à protéger les citoyens de l’épidémie de coronavirus. Pour le gouvernement, cette diffusion sur le Web permet de mettre en avant sa réactivité face à la propagation du virus dans le pays, largement ralentie ces derniers jours. 

De nouvelles lignes de production

D’après le Global Times, China Petroleum and Chemical Corporation a investi l’équivalent de 25 millions d’euros dans la mise en place de nouvelles lignes de production de masques sanitaires. La diffusion en ligne, accessible entre vendredi et dimanche soir, a marqué le début de la production, dix jours après l’annonce de cet investissement.

Pour le gouvernement chinois, l’opération de communication est analogue à la diffusion en direct de la construction en urgence de deux hôpitaux dans la ville de Wuhan, berceau de l’épidémie de coronavirus. Avec un succès toutefois plus important: ces images avaient quant à elles attiré 60 millions d’internautes, d’après le Global Times.

En France, la pénurie de masques sanitaires a provoqué une flambée des prix - et l'apparition de sites de vente douteux, au même titre que ceux du gel hydroalcoolique, encadrés depuis par un décret. Ce 5 mars, trois hommes ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée après avoir voulu revendre 40.000 masques périmés. Environ 10.000 masques ont par ailleurs été dérobés dans les hôpitaux français.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech