BFM Business

Le fabricant Razer rappelle son dernier smartphone, qui émet trop d’ondes

Le Razer Phone 2

Le Razer Phone 2 - Razer

Un contrôle de l’ANFR a mis en évidence des émissions d’ondes électromagnétiques supérieures à la réglementation. Les utilisateurs du Razer Phone 2 sont invités à se faire connaître pour obtenir un remboursement.

Un an et demi après sa sortie, le Razer Phone 2 est retiré du marché. L'Agence nationale des fréquences (ANFR) annonce avoir contrôlé l’appareil pour évaluer le bon respect des normes encadrant l’émission d’ondes électromagnétiques. Il s’est avéré que le terminal dépassait largement la limite légale au niveau du corps (le DAS “tronc”), avec 3,29 W/kg, contre une valeur maximale autorisée de 2 W/kg. Placé près de la tête, le mobile était en revanche dans les clous, avec un DAS “tête” de 0,407 W/kg. L’entreprise spécialisée dans le matériel de jeux vidéo est contrainte de procéder à un rappel de tous les exemplaires vendus.

Les clients ayant acheté le smartphone sont invités à se rendre sur cette page, afin de compléter un formulaire et de bénéficier d’un remboursement au prix d’achat. La demande doit être complétée avant le 1er novembre 2020. Notons qu’un relevé bancaire peut suffire pour obtenir un remboursement, si la preuve d’achat n’a pas été conservée.

Un DAS pas toujours représentatif

“Razer a été informé que certaines unités du Razer Phone 2 n’étaient pas conformes aux exigences de certains tests effectués par l’ANFR. La France utilise un mécanisme de test différent du reste des pays de l’UE et les tests fournis par Razer par l’intermédiaire d’un laboratoire indépendant ayant confirmé la conformité aux exigences européennes ont été jugés insuffisants par l’AFNR” précise le fabricant sur son site.

Pour encadrer l’émission d’ondes des smartphones, les autorités ont mis en place des valeurs maximales à respecter. Le DAS (débit d’absorption spécifique) est la valeur maximale à laquelle peut être exposé l’utilisateur, dans les conditions de réseau les moins favorables pour le smartphone. Une valeur en pratique rarement atteinte et qui n’est pas représentative du niveau moyen d’émission.

S’il n’est pas toujours judicieux de choisir un smartphone avec le DAS le plus faible possible, quelques réflexes simples permettent de limiter son exposition aux ondes: utiliser un kit main-libre ou téléphoner avec une bonne connexion au réseau peut drastiquement réduire l’exposition aux ondes. Les accessoires “anti-ondes” tels que des patchs, souvent très onéreux et peu fiables, ne sont en revanche pas recommandés.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech