BFM Business

Ce qu'attendent les consommateurs français des réseaux mobiles 5G

66% des Français interrogés par Ericsson souhaitent que la 5G soit d'abord déployée en centre-ville et dans les zones d'habitats denses.

66% des Français interrogés par Ericsson souhaitent que la 5G soit d'abord déployée en centre-ville et dans les zones d'habitats denses. - Valéry Hache-AFP

Insatisfaits à 44% de la rapidité de la 4G, les Français attendent de la 5G qu'elle soit déployée en priorité dans les villes où se focalisent ces problèmes de performance. Ils en attendent aussi des services innovants qu'ils seraient prêts à payer 9 euros/mois de plus que leur forfait 4G, selon une étude d'Ericsson sur le marché français.

Alors que l'attribution (aux enchères) des fréquences 5G aux quatre opérateurs sera bientôt lancée en France, les attentes des utilisateurs sont grandes vis-à-vis de cette nouvelle génération de réseau mobile. Leur première préoccupation concerne la rapidité qu'ils jugent insuffisante sur les réseaux 4G actuels. Selon une étude intitulée "Comprendre la valeur de la 5G aux yeux du consommateur", réalisée en mai 2019 par Ericsson auprès de 1500 Français sur leurs attentes vis-à-vis de la 5G, 44 % des personnes sondées considèrent que l'accès dont ils disposent actuellement en mobilité n’est pas assez rapide.

Les utilisateurs veulent d'abord de la 5G dans les villes

Cette insatisfaction ressentie se concentre sur les zones d'habitat dense: 66% d’entre eux souhaitent donc que la 5G soit déployée prioritairement en centre-ville. Un paradoxe, alors que les pouvoirs publics veulent faire de la 5G, un réseau qui soit déployé en zone rurale aussi bien qu'en ville. Ainsi, 57% des utilisateurs de la région parisienne constatent (infographie ci-dessous) des conditions d’utilisation dégradées du réseau 4G dans les zones denses et les transports. Ils sont 48% (infographie ci-dessous) à attendre en priorité d'un futur service mobile 5G des performances en très haut débit qui soient homogènes et constantes sur ces zones.

Certes, ils ne sont encore que 32% des utilisateurs en France à attendre de leur opérateur qu'il passe à la 5G, mais ceux-ci attendront au mieux six mois avant de changer d'opérateur et choisir celui ayant une offre 5G disponible.

-
- © 57 % des utilisateurs franciliens constatent des performances dégradées en 4G dans les zones denses et les transports. Source : Ericsson.

Combien les consommateurs seraient-ils prêt à payer pour leur futur abonnement 5G? L'étude menée par l'équipementier télécoms suédois est plutôt une bonne surprise pour les opérateurs mobiles. Les Français sondés seraient prêts à payer, en moyenne, un surcoût de 9 euros sur le prix moyen de leur abonnement 4G actuel.

L'étude apporte aussi une piste d'évolution à explorer par les opérateurs vers la facturation à la demande de leurs services. Les consommateurs interrogés sont 60% à se déclarer intéressés et prêts à payer à l'usage ponctuellement pour un service 5G qui leur offrirait par exemple, dans un stade, la possibilité de faire apparaître des données en réalité augmentée sur leurs smartphones, de fournir des statistiques en direct et une analyse des données sportives en temps réel. Ce service est déjà expérimenté depuis quelques jours dans un stade de football en Allemagne couvert en 5G par l'opérateur Vodafone.

-
- © Ils sont 48% à attendre en priorité d'un futur service mobile 5G, des performances en très haut débit homogènes sur ces zones. Source- Ericsson.

L'arrivée prochaine de la 5G pourrait aussi diversifier la palette des terminaux mobiles à disposition des consommateurs. Si les smartphones existeront toujours, des lunettes de réalité augmentée leur seront associées d'ici 2025, selon 45% des utilisateurs français interrogés. Ils sont même 36% à penser que les mobiles n'auront plus d'écran dans trois ans puisque l’image pourrait être projetée sur n’importe quelle surface.

Associée à de nouveaux usages (réalité augmentée, jeux vidéo intensifs en réseau) rendus possibles par de meilleures performances en haut débit et en latence, la 5G va décupler la consommation de données mobiles. En volume, elle devrait passer de 7 Go/mois par utilisateur 4G en moyenne aujourd'hui, à 70 Go en 2024.

Enfin, 50% des Français interrogés estiment que la technologie 5G facilitera le travail en déplacement et 34% pensent que la connectivité 5G dans une voiture sera à terme aussi importante que son efficacité énergétique.

Frédéric Bergé