BFM Business

Aux Etats-Unis, un algorithme accusé d'avoir défavorisé des patients noirs pour des greffes de rein

L'algorithme étudié ne donnait pas la priorité aux personnes de couleur.

L'algorithme étudié ne donnait pas la priorité aux personnes de couleur. - (Image d'illustration) - Mahmoud Zayyat - AFP

L'algorithme en question est accusé d'avoir eu tendance à léser des patients noirs dans l'accès aux soins, voire aux transplantations rénales.

Les algorithmes d'aide à la décision médicale ont a priori du bon. Bien conçus, ils permettent aux médecins d'émettre des diagnostics plus justes, et surtout plus rapidement. Mais, en prenant en compte des critères biaisés, certains d'entre eux peuvent venir léser le sort de patients.

D'après une étude relayée par le site américain Wired, et menée dans la région de Boston, un algorithme régulièrement utilisé pour réorienter, ou non, des patients, vers des transplantations rénales, aurait eu tendance à défavoriser les patients noirs dans l'accès aux soins.

Un tiers de patients noirs lésés

Plus concrètement, l'étude en question s'est penchée sur les dossiers médicaux de près de 57.000 personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique et suivis par les hôpitaux du Mass General Brigham, un large réseau médical de Boston.

D'après ses conclusions, un tiers des patients noirs présents dans ces dossiers, soit plus de 700 personnes, auraient dû être considérés comme des cas plus graves qu'annoncé, si les capacités fonctionnelles de leurs reins avaient été estimées de la même façon que pour les patients blancs.

Et donc, être redirigés vers des spécialistes ou inscrits sur une liste d'attente pour une greffe de rein. L'étude évalue à 64 cas le nombre de patients noirs qui auraient dû figurer sur une telle liste. L'algorithme en question prenait explicitement en compte leur couleur de peau.

L'étude, qui n'est pas la première à tirer de telles conclusions dans le secteur médical, est prise au sérieux par plusieurs responsables américains. Pour Richard Neal, membre du Parti démocrate et élu du Massachusetts à la Chambre des représentants des États-Unis, il s'agit de faire en sorte de s'assurer que les algorithmes utilisés dans le secteur médical ne viennent pas exacerber encore un peu plus les inégalités en matière de santé.

Richard Neal a pour cela exhorté les professionnels du secteur à se pencher sur la question des biais raciaux de tels algorithmes. Il rejoint en cela la sénatrice démocrate Elizabeth Warren. Avec trois autres membres du Congrès, et en s'appuyant sur plusieurs autres cas concrets de discrimination algorithmique, l'ex-candidate à l'investiture démocrate avait lancé un appel similaire fin septembre.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech