BFM Business

Amazon a-t-il vraiment profité de la crise du coronavirus pour gonfler ses prix?

Une boîte de 50 masques vendus 24,90 euros, soit 50 centimes d'euros l'unité

Une boîte de 50 masques vendus 24,90 euros, soit 50 centimes d'euros l'unité - Amazon

D’après une organisation de défense des consommateurs américaine, Amazon a profité de la crise sanitaire pour faire grimper les tarifs de certains produits comme le papier toilette ou la farine.

Un lot de papier hygiénique à 36 dollars, soit l’équivalent de 30 euros. C’est ce qu’a proposé Amazon à ses clients américains au cours du printemps et de l’été, alors que la pandémie de Covid-19 touchait fortement le pays. Un tarif dénoncé par Public Citizen, un organisme à but non-lucratif de défense des consommateurs. Dans un rapport publié ce 9 septembre, l’organisme revient sur les prix de certains produits vendus sur la plateforme de vente en ligne.

Un million de produits supprimés

Dans un premier temps, Public Citizen évoque la très forte hausse du prix des masques et du gel hydroalcoolique, qui a touché Amazon comme l’ensemble de la distribution à la suite de tensions chez les fournisseurs. L’organisme mentionne par ailleurs les hausses de prix des vendeurs tiers, qui représentent 60% des ventes, qu’Amazon avait sanctionnés en supprimant un million de produits liés au Covid-19 au début du mois de mars. Mais le rapport évoque aussi des produits directement vendus par Amazon, sur lesquels la firme est censée avoir un total contrôle en matière de prix.

Ce produit était disponible à 7 dollars dans la grande distribution, contre près de cinq fois plus en ligne.
Ce produit était disponible à 7 dollars dans la grande distribution, contre près de cinq fois plus en ligne. © Amazon

L’exemple le plus frappant est le papier toilette, dont un lot a vu son prix grimper jusqu’à 36 dollars, tandis que ce même produit était disponible à 7 dollars dans la grande distribution. Un lot de 100 gants en nitrile a quant à lui été proposé à 30 dollars, contre moins de 10 dollars en grande surface. Des boîtes de mouchoir étaient de leur côté disponibles pour 38 dollars, contre un prix habituel de 18 dollars.

Des évolutions habituelles

Si Public Citizen lie ces tarifs très élevés aux différentes pénuries qu’ont pu rencontrer les Américains en pleine crise du coronavirus, certaines données montrent qu’Amazon peut pratiquer de tels tarifs en temps normal.

Dans son rapport, l’organisme évoque un lot de huit paquets de farine de la marque Pillsbury, disponible pour 80 dollars, soit 10 dollars l’unité, contre un tarif moyen de 2,36 dollars chez la concurrence. Or, selon les données fournies par l’outil Keepa (utilisé par Public Citizen), ce même lot était vendu à plus de 84 dollars en octobre 2019, soit bien avant le début de la crise sanitaire.

Un lot de huit paquets de farine de la marque Pillsbury était disponible pour 80 dollars.
Un lot de huit paquets de farine de la marque Pillsbury était disponible pour 80 dollars. © Amazon

De la même façon, il est possible de constater des évolutions similaires en France. Ainsi, un lot de 24 rouleaux de papier toilette de marque Kleenex, vendu jusqu’à 45 euros, a vu son prix fortement augmenter depuis le mois de mars, alors qu’il valait moins de 30 euros. Sauf que le prix de 45 euros avait déjà été pratiqué en novembre 2019, là encore bien avant la crise du coronavirus.

Un paquet de 24 rouleaux aura été vendu 45 euros contre 30 auparavant.
Un paquet de 24 rouleaux aura été vendu 45 euros contre 30 auparavant. © Amazon

Pour fixer ses prix, Amazon utilise de nombreux algorithmes dépendant à la fois de la demande d’un produit, mais également des tarifs pratiqués par la concurrence. Après la publication de ce rapport, l’entreprise américaine a assuré qu’il n’y avait “pas de place” pour les prix abusifs sur sa plateforme, rappelant que “ses systèmes sont programmés pour pratiquer le meilleur prix” et que toute erreur serait “corrigée le plus rapidement possible”.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech