BFM Business

Amazon supprime un million de produits liés au coronavirus

-

- - -

Le géant américain du commerce en ligne s’attaque aux produits prétendant lutter contre le coronavirus, distribués par les vendeurs tiers.

Ce sont plus d’un million de produits qui ont disparu d’Amazon, a annoncé jeudi 27 février l’entreprise à l’agence Reuters. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les articles promettant de protéger les clients - ou les traiter - contre une éventuelle infection se sont multipliés. Ces derniers jours, le prix des masques et gels antibactériens s’est envolé, avec des hausses pouvant atteindre les 1000%. Amazon annonce également avoir fait disparaître des dizaines de milliers de produits, dont les prix ont été considérés comme excessifs.

“Les prix abusifs n’ont pas leur place sur Amazon”, explique un porte-parole de l’entreprise, qui rappelle que la politique de la plateforme interdit aux marchands de tirer profit de pénuries pour faire gonfler leurs tarifs de façon démesurée.

Le contrôle difficile des vendeurs tiers

Si Amazon entrepose et vend ses propres produits (auxquels est accolée la mention “expédié et vendu par Amazon"), dont l’entreprise contrôle les prix, environ 60% de son chiffre d’affaires est réalisé par sa place de marché, qui regroupe l’ensemble des vendeurs tiers, répartis partout dans le monde. Comme Facebook doit le faire avec les annonceurs qui diffusent de la publicité sur le réseau social, Amazon est donc en charge de réguler la marchandise proposée par ses partenaires à ses clients.

Depuis le début du mois de février, les références de masques sanitaires se sont multipliées, parfois avec des fournisseurs et des certifications de conformité difficiles à identifier.

Les difficultés d’Amazon pour réguler l’activité des vendeurs tiers sur sa plateforme a récemment été symbolisée par la décision de Nike de mettre fin à la vente de ses produits fin 2019, du fait du nombre trop important de contrefaçons.

Auprès de Reuters, Amazon ne détaille pas les critères sur lesquels certains produits liés au coronavirus sont supprimés. Mais certains vendeurs accusent la firme de prendre des sanctions arbitraires, même sur des articles figurant parmi les moins chers. “Parfois, il fallait que je baisse mes prix au-dessous d’un certain seuil afin que mes produits soient remis en vente” explique un vendeur de masques au site Wired.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech