BFM Marseille
Marseille

AVANT/APRÈS. Dans les Bouches-du-Rhône, l'étang du Pourra à sec

Image satellite de l'étang du Pourra, le 5 juillet 2022.

Image satellite de l'étang du Pourra, le 5 juillet 2022. - © 2022 Planet Labs PBC / Etang du Pourra

Face à la sécheresse qui touche les Bouches-du-Rhône, l'étang du Pourra est totalement à sec. L'eau ne devrait revenir qu'à l'automne.

La sécheresse bien visible. Dans les Bouches-du-Rhône, la situation de l'étang du Pourra illustre ce manque d'eau flagrant.

Pour se rendre compte de la situation actuelle, BFMTV.com propose des images satellites fournies par Planet Labs.

Ces clichés permettent de comparer l'apparence de l'étang avec une vue depuis le ciel. Entre le 8 avril 2022 et le 5 juillet 2022, l'eau a visiblement totalement disparu. De même, la végétation aux alentours est victime de la sécheresse.

Faites glisser le curseur bleu au milieu de l'image pour comparer la situation en avril 2022 (à gauche) et en juillet 2022 (à droite).

"C'est la désolation la plus totale." Devant l'étang du Pourra, Marc Depagne, adjoint au maire de Port-de-Bouc, ne peut que constater l'absence totale d'eau.

Cette sécheresse "n'est pas une surprise" expliquait-il le mois dernier à BFM Marseille Provence. En cause, le du manque de pluie dans la région depuis le début de l'année. L'étang de 150 hectares est alimenté artificiellement grâce au canal de Rassuen qui dépend directement des chutes de pluie.

Marc Depagne ne voit pas la situation s'améliorer durant l'été: "Il faut qu'il commence à pleuvoir de manière abondante pour que le canal qui alimente cet étang soit de nouveau en eau et puisse permettre de le remplir."

Autre conséquence de l'absence d'eau: les oiseaux sont contraints de quitter le secteur pour trouver d'autres points d'eau. "Les oiseaux aquatiques, qui sont habituellement présents, vont aller vers les étangs de Fos qui demeurent en eau. Ils se déplacent pour trouver d'autres endroits plus adaptés", ajoute Marc Depagne.

Une situation déjà vécue

Un étang totalement à sec, c'est une situation connue par l'adjoint au maire de Port-de-Bouc. "Tous les trois ou quatre ans, cet étang était asséché volontairement pour minéraliser sa surface et permettre de le revitaliser quand on le remettait en eau", poursuit-il.

Mais un assèchement total n'avait jamais été enregistré aussi tôt dans la saison d'été et lié aux conditions climatiques. La ville de Port-de-Bouc espère que l'eau revienne à un niveau habituel de six mètres à partir de l'automne.

Amaury Tremblay, Théophile Magoria et Marie Roux