BFM Lyon

Rillieux-la-Pape: après de nouvelles violences, le maire appelle les habitants à "donner des informations"

Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape (Rhône).

Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape (Rhône). - -

La soirée de ce samedi a de nouveau été marquée par des violences urbaines. Le maire Alexandre Vincendet en appelle à "la responsabilité" de chacun.

"Que chacun prenne ses responsabilités y compris les parents". Après une nouvelle soirée marquée par des violences à Rillieux-la-Pape (Rhône), le maire LR de la commune, Alexandre Vincendet en appelle aux habitants.

"On commence à quitter la petite délinquance pour tomber dans la très grande délinquance. Quand on s’attaque à des policiers, qu’on leur jette des cailloux, c’est pour blesser. Il faut que cela s’arrête ce n’est pas un jeu", s'est insurgé l'édile, qui s'est confié à nos confrères du Progrès.

Policiers pris pour cible et véhicules incendiés samedi

D'après l'élu, deux policiers municipaux ont été légèrement blessés ce samedi soir après des jets de projectiles. Au moins deux véhicules ont par ailleurs été incendiés dans la soirée. "Je crains que ça se termine très mal. Je ne veux pas qu’un policier ou un jeune finisse sur le carreau", a-t-il assuré.

Les effectifs de police de Rillieux-la-Pape ont été renforcés, avec l'arrivée de 16 policiers municipaux début mai indiquent nos confrères, et d'autres policiers devraient arriver d'ici l'été. "Je sais que des moyens importants de police sont déployés, je sais que la justice fera tout pour que des peines exemplaires soient appliquées", a affirmé l'élu.

"Besoin d'informations"

Cependant, selon le maire, "les habitants sont à bout et pour certains ont peur". "On doit casser cette spirale. Aujourd’hui, on a besoin d’informations", a-t-il expliqué.

Dans cette optique, la mairie veut mettre en place, dès la semaine prochaine, une adresse e-mail et un numéro de téléphone "pour que les parents ou les habitants qui connaissent ces jeunes puissent donner des informations", qui pourront ensuite être transmises aux forces de l'ordre.

"On n’est pas là pour balancer (...) on est là pour faire en sorte qu’on arrête très vite cette spirale avant qu’un drame arrive. On offre un canal supplémentaire pour obtenir des informations, a-t-il détaillé.
Fanny Rocher