BFM Grand Littoral
Grand Littoral

Refoulés à la frontière britannique, des réfugiés ukrainiens accueillis à Calais

La ville de Calais accueille des réfugiés ukrainiens refoulés à la frontière britannique

La ville de Calais accueille des réfugiés ukrainiens refoulés à la frontière britannique - Compte Facebook de Natacha Bouchart

Les Ukrainiens ont été refoulés à la frontière britannique, "faute de visas". Ils ont notamment été pris en charge par la mairie de Calais.

Des réfugiés ukrainiens refoulés à la frontière britannique accueillis à Calais. Ces neuf personnes, en provenance d'Ukraine, n'ont pas pu rejoindre le Royaume-Uni, "faute de visas", précise Natacha Bouchart, maire de la ville.

"Lundi, en fin d’après-midi, deux familles en provenance d’Ukraine se sont rendues en voiture au port de Calais pour gagner le Royaume-Uni, afin d’y rejoindre leurs enfants dans le cadre d’un regroupement familial, précise sur Facebook, Natacha Bouchart. Cependant, faute de visas, et dans l’attente de l’application des déclarations du gouvernement Britannique qui se dit prêt a accueillir les réfugiés Ukrainiens, ils ont été refoulés."

L'incompréhension

Quand la guerre a éclaté en Ukraine, Oleksander et son beau-frère Alin, deux Ukrainiens résidents du Royaume-Uni, sont allés chercher leur famille réfugiée en Roumanie. Stoppés à Calais, après quatre jours de route, ils sont dans l'incompréhension.

"On ne comprend pas, explique Oleksander, à La Voix du Nord. On nous a dit que si on était des résidents au Royaume-Uni, on pouvait faire venir notre famille sans problème."

Oleksander et sa famille ont donc réalisé tous les tests anti-Covid et rempli le formulaire de localisation qui étaient demandés pour rien. Les agents de la police aux frontières britannique n'ont rien voulu entendre: "ils en ont même rigolé", ajoute-t-il, dans les colonnes du journal.

Freinés à Calais, les Ukrainiens ont notamment été pris en charge par la ville. La maire a fait ouvrir l'auberge de jeunesse de Calais pour les héberger et elle a organisé une rencontre avec le consul honoraire du Royaume-Uni, Antoine Ravisse, "afin qu'il leur apporte toute l'aide nécessaire, en collaboration avec les services de l' État".

"L'agression de l'Ukraine par la Russie, nous le constatons, a déjà pour conséquence l'arrivée à Calais de familles fuyant l'invasion de leur pays, écrit-elle sur Facebook. J'appelle de mes vœux une solidarité pour un peuple accablé sous les bombes et victime d'une guerre de trop !"

Cet appel à la solidarité lancé par la maire dénote un peu à Calais, ville habituée à voir transiter des migrants et des réfugiés en partance pour la Grande-Bretagne. Une ville où, les démantèlements de campements sont réguliers et où la maire s'était opposée en novembre dernier à la création d'un "SAS de mise à l'abri de 300 places pour les migrants.

Assouplir les conditions d'octroi de visas aux réfugiés

Londres s'est attiré des critiques pour son manque de générosité en matière d'accueil des Ukrainiens qui fuient les combats dans leur pays, relate l'AFP. Après le refoulement des Ukrainiens lundi à Calais, la France a demandé au Royaume-Uni d'assouplir ses conditions d'octroi de visas aux réfugiés ukrainiens, craignant qu'ils arrivent et qu'ils soient "bloqués" dans le nord du pays "sans aucune solution".

La ministre de l'Intérieur britannique Priti Patel a annoncé mardi un assouplissement des exigences pour accueillir plus d'Ukrainiens, ayant de la famille au Royaume-Uni. Leur nombre devrait être ainsi augmenté et en plus des membres de la famille immédiate, les ressortissants britanniques et les personnes de toute nationalité installées au Royaume-Uni "seront désormais aidés à faire venir leurs parents, grands-parents, enfants adultes et frères et sœurs au Royaume-Uni".

Solenne Bertrand