BFM Lille

Démantèlement d'un réseau de passeurs: cinq personnes mises en examen à Lille

Sur leur canot pneumatique Walid et d'autres migrants approchent des côtes britanniques. Dans la Manche, le 11 septembre 2020

Sur leur canot pneumatique Walid et d'autres migrants approchent des côtes britanniques. Dans la Manche, le 11 septembre 2020 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP

Elles sont soupçonnées d'avoir organisé une "importante filière" d'immigration clandestine, du littoral du nord de la France vers l'Angleterre sur de petites embarcations traversant la Manche.

Cinq personnes ont été mises en examen ce vendredi à Lille, soupçonnées d'avoir organisé une "importante filière" d'immigration clandestine, du littoral du nord de la France vers l'Angleterre sur de petites embarcations traversant la Manche, selon le parquet.

Elles ont été interpellées en France au cours de la semaine, dans le cadre d'une opération coordonnée par l'agence européenne de coopération judiciaire Eurojust et l'agence de police Europol, qui a mené à l'arrestation de 12 personnes au total.

Le réseau comprenait principalement des ressortissants iraniens vivant en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, selon Eurojust.

"Un réseau structuré"

Depuis avril, les enquêteurs français ont "mis en évidence un réseau structuré de passeurs prenant en charge des migrants et leur fournissant des embarcations semi-rigides en vue d'une traversée maritime, leur faisant ainsi courir un risque certain", a rapporté le parquet de Lille dans un communiqué.

L'enquête a été menée par la brigade mobile de recherche (BMR) de Coquelles, près de Calais (Pas-de-Calais) et de l'office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titre (Ocriest), sur commission rogatoire d'un magistrat instructeur de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille.

Lundi, avec l'appui d'Eurojust et d'Europol, une opération coordonnée des autorités judiciaires et policières françaises, anglaises, néerlandaises et belges ont mené à l'interpellation de trois suspects au Royaume-Uni, deux aux Pays-Bas et sept en France, selon Eurojust.

48.000 euros saisis

Cinq d'entre eux ont été mis en examen à Lille vendredi, dont quatre placés en détention provisoire et un sous contrôle judiciaire.

Le réseau criminel est suspecté d'avoir réalisé d'énormes profits grâce au trafic de migrants, en se faisant payer en moyenne 3.000 euros par personne pour la traversée.

La police a notamment saisi dix canots pneumatiques à moteur, des véhicules, plus de 150 gilets de sauvetage et environ 48.000 euros en espèces, selon Eurojust.

F.B. avec AFP